Kinshasa: environ trente femmes opérées de fistules

Écouter /

Les urologues français et le Dr Amar lamine du FNUAP (à l'extrême gauche) à l'Hôpital Biamba -Marie Mutombo de Kinshasa, lors de la clôture d’une campagne de réparation des fistules urogenitales (Photo: Radio Okapi/Emmanuel Imbanda)

Une trentaine de femmes ont été opérées de leurs fistules à l'hôpital Biamba Marie Mutombo à Kinshasa lors d'une campagne des neuf jours financée par le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP). Cette compagne, qui s'est terminée mardi 17 mars, a été assurée par trois urologues français et leurs collègues congolais.

« L'urine ne sort pas là où je suis. Avant l'opération, pendant 27 ans, les urines sortaient d'elles-mêmes pendant que je marchais », a témoigné une malade à son cinquième jour de réparation de fistule urogénitale. Elle vient de Bongayasa dans le Bandundu.

La plupart des cas de fistules réparées sont dues à une mauvaise prise en charge à l'accouchement. «J'avais accouché. Les médecins m'ont fait une suture. A mon premier accouchement, le bistouri avait accroché la vessie. L'urine avait commencé à couler. J'en ai souffert pendant 15 ans », a indiqué une autre femme venue du Bas-Congo.

Le docteur Alain Leduc, professeur d'urologie et ancien doyen de la faculté de médecine à Paris VII, estime que ces cas difficiles peuvent être évités:

«La précaution, c'est que les accouchements se fassent à vessie vide. Si la progression de l'enfant ne se fait plus, dans un délai de 12 ou 24 heures, c'est la césarienne pour sortir un enfant vivant et éviter la fistule.»

Le docteur Amar Lemine du FNUAP parle d'un partenariat qui est envisagé pour la prise en charge des fistules:

«Avec le Fonds des Nations Unies pour la population, on est en train de mettre un partenariat solide incluant l'hôpital Saint Joseph, Biamba Marie Mutombo et la faculté de médecine de l'Université de Kinshasa, en appui aux efforts du Gouvernement pour avoir un programme solide, durable et approprié progressivement par les nationaux.»

Selon lui, une autre campagne est prévue avant la fin de cette année.

En décembre 2014, le FNUAP avait financé une campagne similaire. Les opérations étaient menées par un spécialiste venu des États-Unis d'Amérique, secondé des médecins de l'hôpital Biamba Marie Mutombo.

(Radio Okapi)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...