Journée pour l’élimination de la discrimination raciale : l’ONU appelle à tirer les leçons des tragédies de l’histoire

Écouter /

Des enfants de la ville du Cap, en Afrique du Sud dans les années 1980, quand les mariages inter-raciaux étaient illégaux dans le pays. (Photo : ONU)

A l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale qui est célébrée ce samedi 21 mars, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a appelé à tirer les leçons des tragédies de l’histoire pour combattre le racisme aujourd’hui.

« Chaque jour, des personnes de tous âges sont en proie à la haine, à l’injustice et à l’humiliation à cause de leur couleur de peau, de leur ascendance, de leur origine nationale ou ethnique, ou d’autres caractéristiques assimilées à l’idée de race. Cette discrimination est celle-là même qui a motivé l’oppression, la pauvreté, l’esclavage, le génocide et la guerre », a noté M. Ban dans un message.

Selon lui, la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale offre l’occasion de réaffirmer l’engagement en faveur de l’édification d’un monde de justice et d’égalité, d’où la xénophobie et l’intolérance auront disparu.

« Nous devons tirer les leçons de l’histoire et prendre acte des ravages causés par la discrimination raciale. Pour ce faire, il faut préserver avec le plus grand soin la mémoire des errements du passé afin de mettre notre savoir au service de la lutte contre les préjugés et de l’enseignement de la tolérance, de la non-discrimination et du respect de la diversité partout et pour tous », a-t-il souligné.

Cette année, on célèbre le cinquantième anniversaire de la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale et le début de la Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine.

« Depuis un demi-siècle, la lutte contre le racisme et la discrimination raciale a fait des avancées. Nous avons assisté à la fin du colonialisme, à l’abolition de l’apartheid et à la naissance d’un mouvement mondial en faveur de l’égalité. L’histoire et l’actualité montrent cependant toutes deux que, dans le monde entier, la discrimination raciale demeure un danger manifeste à l’échelle individuelle et collective », a insisté le Secrétaire général.

Selon lui, il n’est possible de construire une paix durable qu’en respectant le principe de l’égalité en droit et en dignité de tous les individus, sans faire de distinction en fonction de l’appartenance ethnique, du sexe, de la religion, de l’origine sociale ou d’autres éléments identitaires.

 

Il a invité instamment toutes les nations à ratifier la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale, à promouvoir l’exactitude historique et à mettre en place des politiques et des lois à même d’éliminer toutes les formes de discrimination, comme le veut la Convention.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...