Genève : le Congo favorable au renforcement de la coopération dans le domaine des droits de l'homme

Écouter /

 

Nouvelle session du Conseil des droits de l’homme à Genève (UN-Photo Jean-Marc Ferré)

Le Conseil des droits de l’homme a achevé ce matin, à Genève, son débat de haut niveau en entendant les ministres des affaires étrangères du Congo, de la Mongolie et de la Colombie, ainsi que la Présidente de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, avant de tenir son débat général.

Le Ministre des affaires étrangères et de la coopération de la République du Congo, Basile Ikouébé, s’est félicité du choix du thème de la réunion-débat de haut niveau de cette année – le renforcement de la coopération dans le domaine des droits de l’homme. Cette réunion a permis d’envisager des moyens d’action concertée pour répondre aux objectifs du Conseil. De l’avis de la République du Congo, seuls l’engagement sincère et la volonté déterminée des États à placer la question des droits fondamentaux de la personne humaine au centre des préoccupations nationales pourront induire un environnement propice au renforcement de la coopération dans ce domaine. Cela présuppose que chaque État membre maîtrise les outils et mécanismes de coopération et dispose des capacités de garantir l’effectivité et l’efficacité des systèmes nationaux.

Au Congo, la politique du Gouvernement vise l’amélioration du cadre juridique et institutionnel national, le renforcement des capacités des organes nationaux impliqués dans la gestion quotidienne de promotion et de protection des droits de l’homme a déclaré M. Ikouébé. Elle intègre également un ensemble d’instruments régionaux et internationaux visant les mêmes objectifs. C’est le sens de l’engagement du Congo au sein du Comité consultatif permanent des Nations Unies sur les questions de sécurité en Afrique centrale, de la Conférence internationale de la région des Grands Lacs ainsi que de la communauté économique des États d’Afrique centrale (CEEAC) et de l’Union africaine. Au sein de chacune de ces institutions, des initiatives sont prises, des instruments de coopération mis en place et des moyens d’action identifiés, a ajouté le ministre. Au plan national, le Congo continue de bénéficier du soutien du Centre des droits de l’homme des Nations Unies en Afrique centrale, basé à Yaoundé, au Cameroun. Au cours de ces dernières années, la République du Congo a renforcé sa coopération avec les organes conventionnels et maintient le dialogue avec les procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Le ministre a déploré que le Conseil ne soit pas toujours en mesure de répondre aux situations d’urgence avec promptitude, à cause des différences d’approches entre États et surtout en raison de sa politisation.

Basile Ikouébé a par ailleurs fait savoir qu’en ce qui concerne la situation en République centrafricaine, le médiateur, le Président congolais Denis Sassou-Nguesso, avait annoncé que Brazzaville serait prochainement le lieu d’une conférence d’évaluation des besoins financiers en prévision des prochaines élections. Le ministre a d’autre part souligné qu’une stratégie commune de riposte contre la secte Boko Haram avait été adoptée en coordination avec la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

(Extrait sonore : Basile Ikouébé, Ministre des affaires étrangères et de la coopération de la République du Congo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...