Fukushima : les enseignements tirés nourriront un nouvel accord sur la réduction du risque de catastrophe

Écouter /

 

Le tsunami et grand tremblement de terre de l’est du Japon, 11 mars 2011. Photo: Douglas Sprott via Flickr

Avant Sendaï, Margareta Wahlström, la Cheffe du Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe, a participé, mercredi, à Tokyo, à une cérémonie solennelle pour marquer l'anniversaire du tsunami et du grand tremblement de terre qui a frappé l’est du Japon il y a exactement quatre ans, le 11 mars 2011 aujourd'hui.

À cette occasion, Margareta Wahlström a indiqué que les enseignements tirés de la catastrophe de cette avaient permis d'élaborer un nouvel accord robuste sur la réduction du risque de catastrophe, dans le but de mettre à jour le Cadre d'action d'Hyogo, adopté il y a 10 ans.

Le nouvel accord, qui doit être adopté pendant la Troisième Conférence mondiale sur la réduction des risques de catastrophe, qui s'ouvrira samedi, dans la ville de Sendaï, mettra l'accent sur la réduction de la mortalité et des pertes économiques. Il accordera une place de taille aux facteurs qui favorisent le risque, notamment la pauvreté, les changements climatiques, la détérioration des écosystèmes, et les mauvais aménagements urbains.

Selon les estimations, ces dix dernières années, les catastrophes naturelles ont fait 700 000 morts et affecté la vie de 1, 7 milliards d'autres personnes. Les pertes économiques avoisineraient les 1,4 billion de dollars.

Le tsunami et le grand tremblement de terre de l’est du Japon avait fait à l'époque plus de 15 000 morts et 350.000 déplacés. Elle avait également provoqué un accident à la centrale nucléaire de Fukushima.

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis)

 

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...