Femmes/Niger : le témoignage de Mariama Moussa, Présidente de l'ONG SOS femmes et enfants victimes de violences familiales

Écouter /

Photo:WFP/Marco Frattini

La Commission de la condition de la femme poursuit les travaux de sa session annuelle depuis lundi au siège de l’ONU lundi à New York. Les débats portent principalement sur les progrès réalisés et les efforts encore à faire en matière d’égalité des sexes et d’autonomisation des femmes. Un accent particulier est mis sur l’accès des femmes et des filles à l’éducation, à emploi et à un travail décent.

Parmi les nombreuses représentantes d'ONG Mariama Moussa, Présidente de l'ONG nigérienne SOS Femmes et enfants victimes de violences familiales, qui témoigne au micro de la Radio des Nationes Unies.

Durant les deux semaines de la session de la Commission de la condition de la femme, les États Membres de l’ONU, des organisations de la société civile et des organes de l’ONU discutent de la mise en œuvre de la Déclaration de Beijing de 1995 et de la plateforme d’action. La session de cette année marque le 20ème anniversaire de ce rassemblement historique.

La Commission de la condition de la femme a adopté à l’unanimité lundi à sa séance d’ouverture une déclaration politique marquant le 20ème anniversaire de la Conférence de Beijing.

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, et le Président de l’Assemblée générale, Sam Kutesa, avaient lancé les travaux. « Nous sommes ici parce que 2015 est une année cruciale pour faire progresser la cause de l’égalité des sexes. Si le nouveau programme de développement est véritablement transformateur, les femmes doivent être en son centre et devant », avait alors déclaré Ban Ki-moon dans un discours.

Le Président de l’Assemblée générale, Sam Kutesa, avait pour sa part estimé que “l’anniversaire de Beijing représente une occasion historique pour mobiliser tous les acteurs afin d’accélérer et faire progresser de manière effective l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes”. Il avait encouragé les hommes et les garçons à s’impliquer de plus en plus pour aider à briser les préjugés sexistes et les normes et pratiques discriminatoires”.

(Interview : Mariama Moussa, Présidente de l'ONG nigérienne SOS Femmes et enfants victimes de violences familiales; propos recueillis par Assumpta Massoi)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...