Femmes : 20 ans après Beijing résultats mitigés

Écouter /

Planning familial organisé par le FNUAP au Maroc. Photo: ONU

Retour sur la session annuelle de la Commission de la condition de la femme qui s'est terminée la semaine dernière à New York. Parmi les organisations présentes depuis le début de cette série de rencontres figure l'Internationale Socialiste des femmes. Née en 1907, cette institution représente 162 organisations nationales de femmes, de partis socialistes, socialistes démocrates à travers le monde.

Ouaffa Hajji, présidente de l'internationale socialiste des femmes est la première à représenter le continent africain et le monde Arabe à ce poste, qu'elle occupe depuis 2012. Elle est aussi présidente et fondatrice de l'association Joussour, au Maroc, un forum pour les femmes marocaines né en 1995.Pour elle le bilan vingt ans après Beijing reste mitigé; certes de nombreux progrès en matière de droit des femmes ont été visibles à travers le monde depuis. Ainsi selon l'ISF deux tiers des pays ont rendu la violence domestique illégale et 52 pays ont explicitement déclaré le viol marital comme crime. Les risques de mutilation génitale ont diminué d'un tiers depuis les trente dernières années et le nombre de filles recevant une éducation primaire est en hausse.

Pour autant dans certains pays, il y a eu aussi de nets reculs, comme l'indique Ouaffa Hajji qui en a fait le constat dans son propre pays : le Maroc.

(Interview: Ouaffa Hajji, présidente de l'internationale socialiste des femmes; propos recueillis par Tsigue Shiferaw)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...