Ebola: premier vaccin testé en Guinée

Écouter /

Instructions pour arrêter la propagation du virus Ebola/Photo Ari Gaitanis/UNMEER

Le Gouvernement guinéen et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont lancé cette semaine la toute première vague d'essais cliniques d'un vaccin contre la maladie à virus Ebola dans un village touché par l'épidémie en Basse-Guinée, l'une des zones du pays où l'on trouve le plus de cas d'Ebola.

Ces tests de vaccinations dites « en ceinture » du vaccin développé par l'Agence de la santé publique du Canada, le gouvernement norvégien, entre autres, ont été très bien accueillis dans un village rural de la préfecture de Coyah, où l'équipe médicale est arrivée le 23 mars.

Le professeur Jean-Marie Dangou, Représentant de l'OMS en Guinée a expliqué que le test actuel est la seconde phase d'un essai qui a débuté le 7 mars. Lors de la première phase, le personnel médical et administratif avait été vacciné.

Depuis lundi ce sont des patients atteints du virus Ebola ainsi que leur entourage qui ont décidé de se porter volontaires pour tester ce vaccin. Pour l'instant seuls les individus âgés de 18 ans et plus sont testés. En revanche, les essais ne sont pas pratiqués sur les femmes enceintes ou les enfants, car les effets secondaires sur ces populations sont encore à l'étude.

Cette fois-ci le chef de l'OMS en Guinée parle d'engouement de la part de la population sur place, en opposition avec certaines réticences persistantes au plus fort de l'épidémie.

La vaccination dite « en ceinture » consiste à identifier les patients récemment infectés et à vacciner leur proches pour créer une « ceinture d'immunité » menant à la fin de la propagation du virus.

« Cette même stratégie a constitué l'un des facteurs clef dans l'éradication de la variole dans les années 1970 » a expliqué la coordinatrice de l'essai vaccinal Ebola pour l'OMS en Guinée, le Docteur Ana Maria Henao Restrepo.

Au total près de 10 000 personnes devraient être vaccinées dans 190 « ceintures » identifiées sur une période de 6 à 8 semaines. Une fois la vague de vaccination terminée, il faudra attendre 90 jours pour s'assurer du succès ou de l'échec du vaccin. Des résultats préliminaires pourraient être disponibles dès juillet 2015.

(Extrait sonore : Jean-Marie Dangon, Représentant de l'OMS en Guinée; propos recueillis par Tsigué Shiferaw)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...