Côte d'Ivoire : l'Expert indépendant de l'ONU estime que le procès de Simone Gbagbo est un bon début pour combattre l'impunité

Écouter /

Mohammed Ayat, Expert indépendant des Nations Unies sur le renforcement des capacités et la coopération technique en matière de droits de l’Homme en Côte d’Ivoire. Photo:ONUCI

Le Conseil des droits de l’homme a examiné, ce mardi à Genève, le rapport sur le renforcement des capacités et la coopération technique avec la Côte d’Ivoire. L’Expert indépendant, M. Mohammed Ayat, a estimé que ce pays déployait un effort remarquable afin de remettre l’économie du pays sur les rails, se félicitant qu’il ait atteint un taux de croissance de 9%. Il a souligné que ces progrès devaient «absolument être accompagnés» d’une politique sociale afin d’en partager les fruits.

S’agissant du procès en cours de 83 accusés et de Mme Simone Gbagbo, M. Ayat estime qu’il s’agit d’un «bon début» pour combattre l’impunité sévissant depuis presque deux décennies. Il regrette en revanche que les poursuites soient limitées à la période de la crise électorale de 2010, alors que des violations graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire ont été commises depuis plus d’une décenn ie. Une justice équitable à tous les niveaux est un passage obligé pour briser le cercle vicieux de la violence en Côte d’Ivoire, a-t-il affirmé, avant de demander au Gouvernement d’accorder une attention particulière aux enfants dans le milieu carcéral et la mise en œuvre effective de la Stratégie nationale de lutte contre la violence à l’égard des femmes.

Au niveau politique, M. Ayat a indiqué que le pays était à la veille des élections présidentielles, prévues à la fin de cette année. Des défis importants restent à relever pour que cette échéance électorale se déroule dans la transparence, la sérénité et de bonnes conditions sécuritaires. La tâche la plus délicate réside dans les opérations de démobilisation, désarmement et réinsertion de 30 000 combattants, qui doivent s’achever en juin prochain. Bien que la capitale soit bien sécurisée, des risques persistent, notamment avec les chasseurs traditionnels. Il faut également poursuivre et approfondir le dialogue avec l’opposition, comme il s’agit de rester à l’écoute d’autres groupes, susceptibles de déstabiliser le pays. L’Expert indépendant a recommandé une participation plus inclusive des partis de l’opposition.

(Interview : Mohammed Ayat, Expert indépendant sur le renforcement des capacités et de la coopération technique en matière des droits de l’homme en Côte d’Ivoire ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...