Conférence de Sendai/Risque catastrophes : la CEE-ONU rappelle l'importance de l'eau

Écouter /

 

Le Pakistan fait face à de graves inondations. Photo : ONU/PAM/Amjad Jamal

Jean Rodriguez, pour la Commission économique pour l’Europe (CEE-ONU), a déclaré qu’il était important de se rappeler que les catastrophes liées à l’eau sont les plus économiquement et socialement destructrices de toutes les catastrophes naturelles. Depuis 1992, les inondations, les sécheresses et les tempêtes ont affecté 4,2 milliards de personnes, soit 95 pour cent de toutes les personnes touchées par des catastrophes, et ont causé 1 300 milliards de dollars de dommages, soit 63% de tous les dommages.

Selon la CEE-ONU, en 2014 les fortes pluies qui ont entraîné d’importantes inondations en Serbie, en Croatie et en Bosnie-Herzégovine, avait déclenché des dégâts estimés à 3,6 milliards de dollars. En 2014, près de 82% de l’État de Californie a connu des conditions de sécheresse extrême ou exceptionnelles, qui ont entrainé pour l’industrie agricole de l’État 1,5 milliard de dollars en pertes directes et 2,2 milliards de dollars en pertes économiques.

Il importe de noter qu'avec le changement climatique, ces épisodes vont aller en augmentant, a déclaré Jean Rodriguez. Or, la Convention de la CEE sur l’eau pourrait aider à cet égard. Depuis 2010, suite à l’élaboration d'un cadre d'orientation sur l’eau et l’adaptation aux changements climatiques, la Convention sur l’eau avait coordonné un programme de projets pilotes et une plate-forme mondiale pour tester de nouvelles méthodologies et partager les expériences sur adaptation au changement climatique et la réduction des risques de catastrophe dans les bassins limitrophes. Les directives de la CEE sur la prévention durable des inondations avaient également été élaborées en vertu de la Convention

Les leçons tirées de ces projets pilotes ont été partagées à travers les ateliers annuels du Réseau mondial des bassins travaillant sur les changements climatiques et l’adaptation établis par la CEE en coopération avec le Réseau international des bassins fluviaux (RIOB) en 2012. Le Réseau mondial regroupe actuellement 14 bassins membres, y compris en dehors de la région de la CEE, à savoir les bassins du Chu-Talas, du Danube, du Dniestr, du Neman, du Rhin, du Mékong, du Niger, de la Sava, du Congo et du Sénégal. Un recueil des bonnes pratiques et leçons apprises sera publié en 2015.

(Extrait sonore : Jean Rodriguez, porte-parole de la Commission économique des Nations Unies pour l'Europe)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...