Albinisme : le Conseil des droits de l'homme créée un nouveau mandat d’expert indépendant

Écouter /

Un enfant atteint d'albinisme suit des cours à l'école à Niambly, en Côte d'Ivoire. Photo HCR/H. Caux

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a décidé, aujourd'hui à Genève, de créer pour une période de trois ans,  un nouveau mandat d’expert indépendant sur la question des droits de l’homme des personnes atteintes d’albinisme. Par une résolution adoptée sans vote, l'organe onusien entend ainsi exprimer sa vive préoccupation sur le sort des personnes atteintes d'albinisme qui continuent, dans diverses parties du monde, « de se heurter à des obstacles à leur participation à la société en tant que membres à part entière, et de faire l'objet de violations de leurs droits de l'homme ».

Le Conseil des droits de l'homme s'inquiète en effet des agressions et des violations généralisées dont sont victimes les personnes atteintes d'albinisme, y compris les femmes et les enfants, les personnes handicapées et les personnes âgées.

Le mandat de l'Expert indépendant consistera, en particulier, à faire rapport sur les progrès et les obstacles dans la réalisation des droits de l'homme des personnes atteintes d'albinisme. L'Expert indépendant prodiguera en outre des services de conseil, d'assistance technique et de renforcement des capacité aux États afin de prévenir la violence contre les personnes atteintes d'albinisme.

L'Expert indépendant aura également pour mission de sensibiliser aux droits des personnes atteintes d'albinisme et de lutter contre les stéréotypes, préjugés et pratiques et croyances traditionnelles néfastes qui empêchent ces personnes de participer à la société au même titre que toute autre.

En adoptant cette résolution, le Conseil des droits de l'homme demande aussi aux États d'établir les responsabilités au moyen d'enquêtes impartiales, rapides et efficaces sur les agressions commises contre des personnes atteintes d'albinisme sur le territoire relevant de leur juridiction, de traduire les responsables en justice et de faire en sorte que les victimes et les membres de leur famille aient accès à des recours utiles.

(Extrait sonore : Boudjemâa Delmi, Représentant permanent de l'Algérie auprès de l'ONU-Genève ; au nom du Groupe africain)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...