Ukraine : l'OSCE indique que les parties semblent prendre des mesures pour honorer les accords de Minsk

Écouter /

Heidi Tagliavini, Cheffe du Groupe de contact trilatéral de l'OSCE, et Ertugrul Apakan, Chef de la Mission spéciale d'observation en Ukraine de l'OSCE, intervenant par vidéoconférence devant le Conseil de sécurité. Photo: ONU/Eskinder Debebe

Alors que l'Ukraine paraissait se trouver au seuil d'un conflit généralisé il y a à peine quelques jours, il semblerait que les parties soient en train de prendre des mesures pour honorer leurs obligations découlant des accords de Minsk. C'est ce qu'a affirmé, vendredi matin, devant le Conseil de sécurité, le Chef de la Mission spéciale d'observation en Ukraine de l'OSCE, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe.

Au cours de cette réunion la Cheffe du Groupe de contact trilatéral de l'OSCE a toutefois tiré la sonnette d'alarme sur la situation humanitaire dans l'est du pays.

Devant les Quinze, Ertugrul Apakan le Chef de la Mission spéciale d'observation en Ukraine de l'OSCE, a indiqué que jeudi, des armes lourdes ont été retirées de plusieurs endroits des lignes de contact. Bien que la Mission n’ait pas été en mesure d'identifier l'origine ni la destination finale de ces armes, Ertugrul Apakan a estimé que c'était une évolution positive.

Il a précisé que les activités de la Mission s'étendront pour couvrir l'ensemble de la zone dite de sécurité, soit une superficie de près de 50 0000 km2. Plus de 300 observateurs de l'OSCE se trouvent déjà dans les régions de Donetsk et de Louhansk.

Si le cessez-le-feu est maintenu, le Groupe de contact trilatéral de l'OSCE, pourra tacler certaines des questions les plus pressantes pour résoudre le conflit, notamment l'appui au dialogue politique. C'est ce qu'a indiqué de son côté Heidi Tagliavini, la Cheffe de ce Groupe qui est constitué de l'Ukraine, de la Russie et de l'OSCE.

Heidi Tagliavini a aussi souligné que la livraison de l'aide humanitaire dans la zone de conflit, où les besoins sont terribles, doit être une priorité.

Le conflit a déjà fait près de 6 000 morts et des milliers de blessés graves. Plus d'un million de personnes ont été déplacées et les combats ont aussi provoqué de lourdes destructions.

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis)

xxxx

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...