Ukraine: l’ONU s’inquiète des conséquences du non-respect du cessez-le-feu sur les civils

Écouter /

Dégâts causés par les affrontements dans l'est de l'Ukraine. Photo PNUD Ukraine

Alors que le cessez-le-feu du 15 février dernier s’est traduit par une diminution des hostilités dans de nombreuses zones de conflit de l’est de l’Ukraine, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) s’est dit profondément préoccupé vendredi par les conséquences sur les civils de la poursuite des combats dans la région de Debaltseve.

A l’occasion d’un point de presse à Genève, le porte-parole du HCDH, Rupert Colville, s’est inquiété du sort des civils, mais aussi des militaires ukrainiens démobilisés qui ont été capturés ou blessés dans la région de Debaltseve, où de violents combats ont eu lieu jusqu’au 18 février, suite à des violations répétées du cessez-le-feu par les groupes armés.

« Nous ne savons pas combien de civils ont été pris au piège alors que les combats faisaient rage dans la ville, combien ont été blessés ou tués, et s’ils ont désormais accès à des soins médicaux et autres services de base », a déploré M. Colville. « Nous regrettons par ailleurs profondément que les observateurs de l’OSCE [Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe] n’aient toujours pas été autorisés à accéder à cette zone », a-t-il ajouté.

Selon le HCDH, au moins 5.692 personnes ont trouvé la mort depuis le début du conflit à la mi-avril 2014 et au moins 14.122 personnes ont été blessées dans l’est de l’Ukraine. S’il a précisé que ces estimations sont sans doute inférieures à la réalité, M. Colville a anticipé une nouvelle augmentation du nombre de victimes dans les prochains jours, en raison de la publication de nouveaux rapports sur la période précédant le cessez-le-feu.

Pour sa part, l'Organisation mondiale de la santé s'est félicité, lors du même point de presse, de l'arrivée jeudi d'un convoi humanitaire onusien qui a permis de livrer 62 tonnes d’aide aux régions de Donetsk et Louhansk, dont 13 tonnes de fournitures médicales données par l’OMS. Ces fournitures comprennent des produits pour traiter le VIH et la tuberculose et trois tonnes de médicaments pour traiter les infections chez les personnes qui ont des défenses immunitaires faibles. Elle devrait aussi empêcher les enfants de naître avec le VIH /SIDA sida, et aussi apporter ‘une ligne de vie à plus de 38.000 personnes affectées par le VIH et 5.000 personnes touchées par la tuberculose à Luhansk et Donetsk

(Extrait sonore : Tarik Jasarevic, porte-parole de l'OMS à Genève)

 

Classé sous L'info, Le Journal.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...