Radios communautaires : l'UNESCO veut renforcer leur capacité à attirer les jeunes

Écouter /

La Journée mondiale de la radio célébrée chaque année le 13 février (Photo : UNESCO)

Les radios communautaires sont caractérisées par leur responsabilité devant les communautés qu’ils servent. Ils apparaissent à la suite des mouvements populaires qui s’efforcent de mobiliser une part importante de la participation citoyenne et réclament le droit de jouir de la propriété privée et d’opérer sans subir d’interférence politique ou commerciale.

A l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de la radio, célébrée ce vendredi 13 février, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) souligne le rôle incontournable des radios locales et communautaires, en mettant en exergue le rôle des jeunes.

Le nombre de radios communautaires, notamment, est en forte augmentation au niveau mondial. Pour les populations rurales ou vivant dans des zones difficilement accessibles, ces radios représentent un mécanisme de proximité garantissant un meilleur accès à l’éducation, à l’expression personnelle et à la communication. La gestion, la grille de programmation et le contenu des radios communautaires sont pilotés grâce à l’engagement et à la participation des membres de la communauté et des instances communautaires, qui montrent une volonté d’appropriation de leur propre programme de développement et s’auto-habilitent à publiquement exprimer des opinions, à débattre sur des sujets et à dialoguer, ainsi qu’à promouvoir la culture, l’histoire et la langue de la communauté.

L’UNESCO considère la présence de radios communautaires comme un signe de pluralisme médiatique, de diversité des contenus et de représentation des différents groupes et intérêts d’une société. Les radios communautaires encouragent des dialogues ouverts, une transparence locale et une voix pour les sans-voix.

L’UNESCO, pour ce qui est des radios locales, accompagne les communautés à créer et rendre opérationnelle leur station de radio. Outre l’accompagnement dans l’identification des besoins en information, la gestion du projet, l’appui donné porte aussi sur le développement des compétences en matière d’intégration des technologies de l’information et de la communication (TIC), d’interaction avec l’audience, de production des émissions, etc.

(Interview : Michel Kenmoe, Administrateur du Programme Communication et Information au Bureau de l’UNESCO à Libreville; propos recueillis par Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...