Boko Haram : alors que les attaques débordent des frontières du Nigéria, la situation humanitaire devient urgente

Écouter /

Les femmes dans la région de Mayo-Sava au Cameroun ont peur de culitver leur champs suite aux attaques de Boko Haram. (Photo: Irin)

Alors que la violence qui sévit au Nigéria déborde vers le Niger, le Cameroun et le Tchad, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a tiré la sonnette d'alarme vendredi et demande à avoir un accès humanitaire d’urgence aux réfugiés et personnes déplacées dans ces trois pays afin de leur fournir une aide d’urgence essentielle.

Lors d'un point de presse à Genève, l'agence a signalé que la situation deviendrait de plus en plus terrifiante pour les réfugiés, les habitants et les travailleurs humanitaires.

Selon le HCR, le Niger accueille désormais 100.000 nigérians, le Cameroun 40.000, et le Tchad 17.000.

Au Cameroun, il y a des informations faisant état de meurtres, d'enlèvements et de violences brutales dans la région de l’Extrême Nord du pays, près de la frontière avec le Nigéria, à l'instar de l'attaque sur la ville de Fotoko à la frontière et le meurtre récent de passagers dans un bus local.

« L'insécurité rend de plus en plus difficile l'accès aux régions frontalières où nous allons à la rencontre des réfugiés pour les transférer vers la région de Minawao, à 120 kilomètres » a déclaré le porte-parole du HCR à Genève, Adrian Edwards.

Depuis le début de l’année, plus de 9.000 réfugiés nigérians ont fui vers le Cameroun et ont été transférés vers le camp où ils reçoivent une aide d’urgence.

Des dizaines de milliers de résidents locaux sont dans la même situation et nous œuvrons de concert avec les autorités pour essayer de les aider.

(Extrait sonore: Adrian Edwards, porte-parole du HCR)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...