Mexique : les droits humains sou le feu des projecteurs à Genève

 

Le grave problème des disparitions forcées et le manque d’une base de données nationale qui permette la recherche des personnes dans cette situation a fait l'objet de l’examen du Mexique par le Comité des Nations Unies sur les disparitions forcées lundi à Genève.

Le dossier tant attendu a été plus de deux ans dans la fabrication. Le pays nord-américain a récemment fait face à de nouvelles pressions pour régler le problème des disparitions suite à la disparition de 43 étudiants dans la municipalité d'Iguala dans l'état de Guerrero en Septembre dernier, dans des opérations impliquant des policiers.

Le procureur chargé des droits de l’homme du Bureau du Procureur général, Eliana García, chargée de présenter le rapport de son pays devant le Comité a reconnu que les mesures prises par le gouvernement mexicain pour lutter contre ce problème sont insuffisantes, compte tenu de l’ampleur de ce problème dans le pays.

“Les personnes disparues sont des parents, des frères, des maris et filles sont des projets de vies tronquées qui doivent nous engager en tant qu'autorités à les rechercher, simplement par la conviction que nous avons l'obligation de chercher des personnes vivantes qui manquent, ” a affirmé Eliana García, lors de sa présentation.

Selon le Procureur environ 9790 personnes sont disparues au Mexique depuis le 1er Décembre 2012. Beaucoup de travail reste à faire pour obtenir des données fiables sur les personnes disparues à l’échelle nationale et le pays compte créer un «plan directeur» pour s'attaquer à cette question.

Pour le Président du Comité des Nations Unies sur les disparitions forcées, Emmanuel Décaux, la présentation du rapport marque un signe d'une étape décisive pour la pleine mise en œuvre de la convention à travers le droits à la vérité, le droit a la justice et la lutte contre l'impunité.

« Je souhaite que ce dialogue soit particulièrement dense et fructueux », a affirmé Emmanuel Décaux en lançant les travaux du Comité.

A noter que des membres des familles des 43 étudiants victimes de disparition d'Iguala ont assisté à l'audience à Genève ce lundi.

Le Mexique est le premier des trois pays qui vont être examinés par la Comite lors de cette 8eme session.

(Extrait sonore : Emmanuel Decaux, Président du Comite des disparitions forcées)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...