Libye : forte dégradation de la situation des civils en 2014, selon un rapport de l'ONU

Écouter /

Populations déplacées par les violence en Libye (Photo :HCR/A.Duclos)

Selon une étude sur la situation des droits de l'homme en Libye au cours de l'année 2014, rendue publique par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH), la violence endémique et l'intensité des combats, y compris dans les deux principales villes du pays, Tripoli et Benghazi, affectent gravement les civils dans leur ensemble et un certain nombre de groupes spécifiques en particulier.

L'agitation grandissante et l'anarchie qui règnent en Libye, attisées par une multitude de groupes lourdement armés et l'intensification de la crise politique, ont des conséquences dramatiques sur la population civile, selon un nouveau rapport des Nations Unies publié cette semaine.

« Au cours de 2014, des civils ont été victimes de tirs d'artillerie et d'attaques aériennes aveugles. Les homicides illégaux et les exécutions sommaires, y compris les assassinats ciblés, étaient monnaie courante. Des vidéos qui semblent montrer un certain nombre de décapitations à Benghazi et à Derna ont fait leur apparition en novembre. Et un certain nombre d'hôpitaux, d'écoles, d'aéroports et d'autres infrastructures publiques ont été attaqués et endommagés, ou utilisés à des fins militaires », a déclaré le HCDH dans un communiqué de presse annonçant la publication du rapport, qui sera formellement présenté au Conseil des droits de l'homme de l'Organisation en mars prochain.

Selon l'étude du HCDH, les enfants ont énormément souffert en Libye dans le courant de l'année précédente. Un grand nombre d'entre eux n'ont pas été en mesure de se rendre à l'école dans leurs villes natales, et un certain nombre ont été tués ou mutilés à leur domicile ou durant des attaques contre des écoles et des hôpitaux.

En plus de ces attaques indiscriminées, le rapport documente de nombreux incidents de violence ciblée, dont des cas de harcèlement, d'intimidation, de torture, d'enlèvements et d'exécutions sommaires de défenseurs des droits de l'homme, de militants de la société civile et de journalistes, mais également d'homme politiques et de membres du pouvoir judiciaire et des forces de maintien de l'ordre.

Le rapport, produit en collaboration avec la Mission d'appui des Nations Unies en Libye (MANUL), décrit également de nombreux incidents de violence à l'encontre des femmes au cours de 2014, y compris des menaces, agressions et meurtres de femmes défenseuses des droits de l'homme, de représentantes politiques et d'autres femmes occupant des fonctions publiques.

Les migrants et les groupes minoritaires, y compris les chrétiens coptes d'Egypte, ont également été de plus en plus ciblés par les violences, précise le rapport, et le nombre de déplacés internes est passé d'environ 60.000 au début de 2014 à 400.000 à la mi-novembre.

Afin d'enrayer ces différentes tendances, le rapport du HCDH propose par ailleurs un certain nombre de mesures, soulignant notamment la nécessité de renforcer les institutions de l'Etat, de garantir la reddition de comptes pour les violations des droits de l'homme et de soutenir le dialogue politique en cours.

(Interview : Frej Fenniche, chef de la section du Moyen-Orient et de l’Afrique du nord au Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme; propos recueillis par Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...