À Washington, le chef des droits de l’homme de l’ONU appelle à repenser l’éducation pour prévenir les atrocités

Écouter /

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Zeid Al Hussein. Photo ONU/Jean-Marc Ferré

En visite à Washington,D.C., la capitale des Etats-Unis, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a appelé jeudi à une refonte globale de l’éducation pour lutter contre les causes des conflits et empêcher que des atrocités ne soient commises à travers le monde.

Dans un discours prononcé à l’Holocaust Memorial Museum (Musée du mémorial de l’Holocauste), une semaine après la célébration du 70ème anniversaire de la libération du camp d’extermination nazi d’ Auschwitz-Birkenau, Zeid Ra’ad Al Hussein s’est livré à une analyse des processus et défaillances humaines ayant permis aux Nazis de mener à bien « la plus grande entreprise organisée de destruction humaine de l’Histoire ». Des processus similaires, a-t-il souligné, sous-tendent les atrocités commises par l’Etat islamique d’Iraq et du levant (EIIL) en Syrie et en Iraq, ainsi que par d’autres groupes adeptes de la même idéologie takfiriste en Somalie, au Nigéria, au Pakistan et ailleurs.

Selon Zeid Ra’ad Al Hussein, les représailles violentes contre les auteurs des atrocités ont seulement des effets limités. « Les bombarder ou couper leurs moyens de financement n’est clairement pas suffisant », a-t-il dit, dans la mesure où ces groupes n’ont cessé de proliférer et de gagner du terrain. « Il est nécessaire de combattre sur un front différent […] basé sur les idées », a-t-il souligné faisant par ailleurs observer que huit des quinze personnes qui ont planifié l’Holocauste à [la Conférence de] Wannsee en 1942 étaient diplômées de doctorats.

Pour le Haut-Commissaire, « La clé est de repenser la façon dont l’éducation est dispensée à travers le monde ». Il a ainsi appelé de ses vœux un « enseignement allant au-delà de la lecture, de l’écriture et de l’arithmétique pour inclure les compétences et les valeurs susceptible d’inciter les individus à agir avec responsabilité et avec respect ».

« Tous les enfants, dès le plus jeune âge, devrait recevoir un enseignement axé sur les droits de l’homme », a insisté le Haut-Commissaire. « Les enfants du monde entier ont besoin d’apprendre ce que sont le fanatisme et l’intolérance, et les terribles effets qu’ils peuvent produire. Ils ont besoin d’apprendre que l’obéissance aveugle peut être exploitée par des figures d’autorité à des fins néfastes», a-t-il ajouté.

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...