A Washington, Ban Ki-moon définit les impératifs de la lutte contre l'extrémisme violent

Écouter /

Le Secrétaire général Ban Ki-moon (au centre) au Sommet sur la lutte contre l'extrémisme violent organisé par le gouvernement américain à Washington. Photo ONU/Eskinder Debebe

Le Secrétaire général, Ban Ki-moon, était à Washington, jeudi, où il a participé au Sommet de la Maison Blanche sur la lutte contre l’extrémisme violent. A cette occasion, le Secrétaire général a défini quatre impératifs devant guider les efforts communs pour lutter contre l'extrémisme violent, à commencer par l'importance de s’attaquer à ses racines et de rechercher les motivations de ses auteurs.

Ban Ki-moon a aussi jugé nécessaire d'inscrire la lutte contre l’extrémisme dans une dynamique de promotion des droits de l’homme ; de concevoir une stratégie collective à l’échelle mondiale ; et d'adopter une approche multidimensionnelle.

« Les missiles peuvent tuer les terroristes. Mais la bonne gouvernance tue le terrorisme », a affirmé le Secrétaire général.

Ban Ki-moon a averti que l’émergence d’une nouvelle génération de groupes terroristes transnationaux, comme Daech et Boko Haram, représente une grave menace pour la paix et la sécurité internationales.

Ces extrémistes, a–t-il dénoncé, poursuivent une stratégie délibérément conçue pour choquer par l’horreur, en utilisant des décapitations, des immolations et des ‘snuff movies’ pour polariser, terroriser, et diviser.

Ban Ki-moon a aussi fait observer que la grande majorité de leurs victimes sont des Musulmans, et que les femmes et les filles sont soumises aux abus les plus effroyables et systématiques.

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...