Syrie : « On a besoin d'une solution à la crise cette année », selon Staffan de Mistura

Écouter /

L'Envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, Staffan de Mistura, lors d'une conférence de presse à Genève. Photo : ONU/Jean-Marc Ferré

Staffan de Mistura, l'Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Syrie a, lors de sa toute première conférence de presse de l'année, jeudi 15 janvier à Genève, fait le point de la situation en Syrie alors que la crise grave et dévastatrice dans ce pays entre dans sa quatrième année.

Selon Staffan de Mistura, en ce début d'année 2015, on a besoin d'une solution à la crise syrienne. L'Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Syrie a expliqué aux journalistes, qu'il a rencontré mercredi le Secrétaire d'Etat américain, John Kerry. Il devait s'entretenir aujourd'hui avec le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Jawad Zarif.

D'autres rencontres ont eu lieu récemment à Paris et dans d’autres endroits avec de nombreux autres interlocuteurs internationaux, parmi lesquels le Ministre des Affaires étrangères de la Russie, Serguei Lavrov. A cet égard, Staffan de Mistura a donné sa position devant la presse, concernant  l'initiative de la Russie sur la crise en Syrie.

« Tous mes interlocuteurs sont d’accord que nous devons agir pour éviter que le conflit syrien se poursuive et que nous devons créer un mouvement vers un certain type de solution politique cette année » a déclaré Staffan de Mistura. « Eh bien, ce sont certainement de bonnes nouvelles » s'est-il exclamé, en ce sens qu'il entend le même écho de Damas et la même chose dans la région.

Et l'Envoyé spécial de faire le bilan catastrophique et macabre de la crise en Syrie : 12 millions de personnes dans le besoin; 7,6 millions de déplacés; 3.300.000 réfugiés; 220 000 tués; un million de Syriens blessés; la poliomyélite, la typhoïde, la rougeole sont rentrés en Syrie. 4000 écoles sont non-utilisables, 3 millions d’enfants ne vont pas à l’école, 290 sites de patrimoine culturel détruits ou endommagés.

Cette année, la Syrie devrait être l’un des cinq pays les plus performants sur le plan économique dans le monde arabe. Il est maintenant l'avant dernier, juste avant la Somalie.

Staffan de Mistura a déclaré que « nous commençons 2015 avec le conflit syrien qui est la plus grande crise humanitaire depuis la deuxième guerre mondiale. C'est une honte. C'est une véritable tragédie que les gens dans toute la Syrie continuent de vivre dans la peur constante de bombes, des attaques au mortier, roquettes, bombardements aériens, des voitures piégées, les enlèvements, et les exécutions extrajudiciaires ».

L'Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Syrie qui a aussi expliqué par exemple la situation actuelle dans la ville d'Alep, garde l'espoir de parvenir à la fin de la crise en Syrie cette année.

(Mise en perspective de Jean-Pierre Amisi Ramazani avec des extraits sonores du point de presse de Staffan de Mistura, l'Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Syrie)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...