ONU : la Palestine présente sa demande d’adhésion à la CPI

Écouter /

Riyad Mansour. Photo: ONU/Devra Berkowitz

L’Observateur permanent de la Palestine auprès des Nations Unies à New York a transmis au Secrétariat des Nations Unies les copies des documents relatifs à l’adhésion de la Palestine à 16 conventions et traités internationaux pour lesquels le Secrétaire général exerce les fonctions de dépositaire, a indiqué vendredi le porte-parole du Secrétaire général.

« Cela inclut notamment le Statut de Rome de la Cour pénale internationale (CPI) », a-t-il précisé dans une note diffusée à la presse.

Lors d’un point de presse au Siège de l’ONU, l’Observateur permanent a notamment fait savoir que son pays comptait demander justice auprès de la CPI pour ceux qui ont été tués par Israël , les derniers d'entre eux étant les 500 enfants tués cet été à Gaza. Aussi, Riyad Mansour a affirmé que,  la colonisation étant un crime de guerre selon le statut de Rome, la Plestine comptait demander la justice en vertu de cette clause et se réservait le droit de demander la rétroactivité pour des crimes commis par Israël depuis la création de la CPI.

« Les versions originales de ces documents ont été déposées le 1er janvier 2015 auprès du Coordonnateur spécial adjoint pour le processus de paix au Moyen-Orient et Représentant personnel du Secrétaire général auprès de l’OLP et de l’Autorité palestinienne », a ajouté le porte-parole, Stéphane Dujarric. « Les documents sont en cours d’examen en vue de déterminer les prochaines étapes appropriées ».

La CPI, qui siège à La Haye, a pour mission de poursuivre les auteurs de génocides, crimes contre l’humanité ou crimes de guerre. En y adhérant, la Palestine, qui a le statut d’Etat observateur non membre de l’ONU depuis 2012, aura la possibilité d’engager des actions légales contre Israël.

Cette demande d’adhésion de la Palestine intervient quelques jours après le rejet par le Conseil de sécurité des Nations Unies d’un projet de résolution dont l’objectif était de jeter les bases d’une solution pacifique et durable au conflit israélo-palestinien via l’établissement d’un calendrier pour le retrait complet et progressif des territoires occupés par Israël.

Suite à un vote des 15 membres du Conseil s’étant soldé par 8 voix pour, 2 voix contre et 5 abstentions, le projet de résolution n’a pas recueilli le nombre de voix requises pour son adoption (neuf voix pour étaient nécessaires).

 

(Extrait sonore : Riyad Mansour, Observateur permanent de la Palestine auprès des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...