Liban : le Conseil de sécurité condamne fermement un attentat à Tripoli

Écouter /

La ville de Tripoli, dans le nord du Liban. Photo: IRIN/Anja Pietsch

Les membres du Conseil de sécurité des Nations Unies se sont indignés dimanche de l’attaque terroriste commise le 10 janvier à Tripoli, dans le nord du Liban, qui a fait plusieurs morts et de nombreux blessés.

Dans un communiqué de presse, le Conseil a condamné « dans les termes les plus vifs » cette attaque, revendiquée par le Front el-Nosra. Tout en exprimant leurs condoléances aux familles des victimes ainsi qu’au peuple et au gouvernement de la République du Liban, les membres du Conseil de sécurité ont également souhaité un prompt rétablissement aux personnes blessées.

Le Conseil composé de 15 membres a réaffirmé que le terrorisme sous toutes ses formes et manifestations constitue l’une des menaces les plus graves pour la paix et la sécurité internationales, ajoutant que tout acte de terrorisme est nécessairement de nature criminelle et injustifiable, « en tout temps et en tout lieu, quel que soit les motivations de ses auteurs ».

Les membres du Conseil de sécurité ont par conséquent réitéré leur détermination à combattre toutes les formes de terrorisme, conformément à la responsabilité qui leur incombe en vertu de la Charte des Nations Unies.

Soulignant la nécessité de faire traduire les auteurs, organisateurs, soutiens financiers et commanditaires de ces actes de terrorisme devant la justice, les membres du Conseil ont exhorté tous les États à coopérer activement avec les autorités libanaises à cet égard, dans le respect du droit international, et en particulier des droits de l’homme, du droit des réfugiés et du droit humanitaire.

Les membres du Conseil de sécurité ont en outre appelé tous les Libanais à préserver l’unité nationale face aux tentatives de déstabilisation du pays, et ont souligné l’importance pour toutes les parties libanaises de respecter la « politique de dissociation » adoptée par le gouvernement libanais vis-à-vis de la crise syrienne, conformément aux engagements pris dans la Déclaration de Baabda.

Adopté le 11 juin 2012 à l’initiative de l’ex-Président libanais, Michel Sleimane, ce document rappelle l’attachement de tous les partis politiques à la stabilité du pays et à son unité, ainsi que la nécessité du soutien à l’armée libanaise.

Les membres du Conseil de sécurité ont réaffirmé en conclusion leur attachement à « la souveraineté, l’intégrité territoriale, l’unité et l’indépendance politique » du Liban.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...