Honduras : 2015 doit être une année de transformation, déclare Ban Ki-moon

Écouter /

Le Secrétaire général, Ban Ki-moon (gauche) a tenu un conférence de presse conjointe avec le Président Juan Orlando Hernández du Honduras. (Photo ONU : Evan Schneider)

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, achève ce jeudi son voyage au Honduras, en visitant les ruines de Copán inscrites au Patrimoine mondial de l'humanité avant de se rendre au Salvador.

Mercredi soir, le Secrétaire général prononçant une allocution devant le Congrès national du Honduras a déclaré que bien que le pays soit sorti d'une zone de turbulence politique, de nombreux obstacles demeurent en ce qui concerne la pauvreté et les inégalités, la violence, l'insécurité et l'impunité.

Ban Ki-moon qui a, par ailleurs, souligné que 2015, qui marque le 70ème anniversaire de l'ONU, doit être une année de transformation et servir à construire un avenir durable pour la planète et ses habitants.

Le Secrétaire général avait entamé sa visite au Honduras mercredi par un entretien avec le Président Juan Orlando Hernández.

Les deux responsables ont discuté de questions sociales et économiques, et en particulier du programme du gouvernement intitulé « Projet pour une vie meilleure pour tous » et de son lien avec les discussions multilatérales sur le programme de développement post-2015, a indiqué le porte-parole du chef de l’ONU dans une note à la presse.

L’entretien a également porté sur les questions de financement du développement et de la lutte contre le changement climatique, ainsi que sur la situation sécuritaire et des droits de l’homme au Honduras.

Ban Ki-moon a salué la volonté du gouvernement hondurien de renforcer ses relations avec les Nations Unies à travers l’ouverture d’un bureau local du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH).

Le chef de l’ONU a salué les efforts régionaux tels que l’adoption du « Programme de prospérité du triangle nord de l’Amérique centrale » (Salvador, Guatemala et Honduras) et les récentes mesures pour consolider le golfe de Fonseca comme zone de paix et de développement durable. Les deux dirigeants ont également discuté de la lutte mondiale contre le terrorisme et l’extrémisme.

Lors de sa visite, Ban Ki-moon devait aussi rencontre la Commission nationale pour les droits de l’homme.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...