HCR : les conflits ont accru les déplacements forcés au premier semestre 2014

Écouter /

Dans un camp de réfugiés syriens en Turquie. Photo UNICEF-Shehzad-Noorani

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) indique en ce début d'année que les guerre au Moyen-Orient, en Afrique et ailleurs ont déraciné environ 5,5 millions de personnes au cours des six premiers mois de 2014, marquant une nouvelle hausse du nombre de personnes déplacées de force.Le rapport du HCR sur les tendances à mi-parcours de l'année 2014 montre que des 5,5 millions de personnes ont été nouvellement déplacées, 1,4 million ayant traversé des frontières internationales pour devenir des réfugiés, tandis que les autres ont été déplacées dans leur propre pays. En tenant compte des populations déplacées, des révisions de données, les retours volontaires et des efforts de réinstallation, le nombre de personnes aidées par le HCR s'élevait à 46,3 millions à la mi-2014 – soit 3,4 millions de plus qu'à la fin de 2013.

Selon le rapport, les Syriens sont devenus pour la première fois la plus grande population de réfugiés relevant du mandat du HCR (alors que les Palestiniens relèvent au Moyen-Orient du mandat de la l'UNRWA, l'Office de secours et de travaux des Nations pour le Proche-Orient) dépassant les Afghans, qui avaient occupé cette position pendant plus de trois décennies. Avec plus de 3 millions de réfugiés en juin 2014, les réfugiés syriens représentent maintenant 23% de tous les réfugiés étant aidés par le HCR dans le monde entier.

Malgré leur relégation à la deuxième place, les 2,7 millions de réfugiés afghans dans le monde entier restent la plus grande population de réfugiés de façon prolongée (au moins cinq ans) aidée par le HCR. Après la Syrie et l’Afghanistan, les principaux pays d’origine des réfugiés sont la Somalie (1,1 million), le Soudan (670 000), le Soudan du Sud (509 000), la République démocratique du Congo (493 000), le Myanmar (480 000) et l’Iraq (426 000).

Le Pakistan, qui accueille 1,6 million de réfugiés afghans, reste le plus important pays d’accueil en termes absolus. Les autres pays ayant d’importantes populations de réfugiés sont le Liban (1,1 million), l’Iran (982 000), la Turquie (824 000), la Jordanie (737 000), l’Éthiopie (588 000), le Kenya (537 000) et le Tchad (455 000).

En comparant le nombre de réfugiés à la taille de la population ou à la situation économique d’un pays, le rapport du HCR met la contribution apportée par les pays hôtes en contexte. Ainsi, par rapport à la taille de leurs populations, le Liban et la Jordanie accueillent le plus grand nombre de réfugiés, alors que par rapport à la taille de leurs économies les charges supportées par l’Éthiopie et le Pakistan sont les plus grandes.

En tout, le nombre de réfugiés relevant du mandat du HCR a atteint 13 millions au milieu de l'année 2014, le plus élevé depuis 1996, tandis que le nombre total de personnes déplacées, protégées ou assistées par l’agence a atteint un nouveau sommet de 26 millions. Comme le HCR ne fournit de l’aide qu'aux personnes déplacées dans les pays où les gouvernements demandent son implication, ce chiffre n'inclut pas toutes les personnes déplacées à l'intérieur de leur pays dans le monde entier.

“En 2014, nous avons vu le nombre de personnes aidées par nos soins croître à des niveaux sans précédent. Tant que la communauté internationale continue à ne pas trouver des solutions politiques aux conflits existants et à ne pouvoir prévenir de nouveaux conflits de démarrer, nous devrons continuer à faire face aux conséquences humanitaires dramatiques “, a déclaré le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, António Guterres.

“Le coût économique, social et humain de la prise en charge des réfugiés et des personnes déplacées repose principalement sur les communautés pauvres, celles qui sont le moins en mesure de se le permettre. Il faut tendre absolument vers une solidarité internationale accrue si nous voulons éviter le risque de voir de plus en plus personnes vulnérables privées d'un soutien approprié”.

Une autre constatation importante contenue dans le rapport est le changement dans la répartition régionale des populations de réfugiés. Jusqu’à l’année dernière, les régions accueillant la plus importante population réfugiée étaient l’Asie et le Pacifique. En raison des crises qu'elles ont connues, la Syrie, le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord sont devenues les régions qui accueillent le plus grand nombre de réfugiés.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...