Haïti : l'ONU et la communauté internationale exhortent les acteurs politiques à sortir de la crise

Écouter /

Sandra Honoré, Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour Haïti et cheffe de la MINUSTAH. Photo : ONU

La Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en Haïti, Sandra Honoré, et les membres du “Core Group” exhortent tous les acteurs politiques à se mettre d'accord, avant la fin de cette semaine, pour sortir de la crise politique et électorale

La Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en Haïti et d’autres membres de la communauté internationale en Haïti représentés au sein du «Core Group» (les ambassadeurs du Brésil, du Canada, de France, d'Espagne, des États-Unis d’Amérique, de l’Union Européenne, et le Représentant spécial de l’Organisation des États américains) notent avec une vive préoccupation qu'une solution à la crise politique n'a pas encore été établie moins d'une semaine avant que le Parlement ne devienne dysfonctionnel.

En vue de renforcer la stabilité, de préserver les acquis démocratiques et de garantir le développement durable en Haïti, les membres du « Core Group » exhortent tous les acteurs politiques à se mettre d'accord afin de trouver une solution à l'impasse politique et électorale avant la fin de cette semaine, conformément aux recommandations de la Commission Consultative Présidentielle, dans l'intérêt supérieur de la nation.

Le « Core Group » réitère son soutien au processus inter-Haïtien indispensable à la formation, dans les plus brefs délais, d'un gouvernement de consensus et d'un Conseil Electoral Provisoire pour créer les conditions nécessaires à la réalisation en 2015, d'élections libres, équitables, inclusives et transparentes.

Le 31 décembre dernier, la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en Haïti, Sandra Honoré, avait souhaité que l’année 2015 soit le temps de la concrétisation des efforts collectifs en vue de garantir la cohésion sociale, le relèvement et le développement durable du pays malgré les tensions politiques constatées au cours de l’année écoulée.

« En dépit du fait que les élections prévues cette année n’aient pu être organisées, l’année 2014 se termine sur des gestes prometteurs de bonne volonté de part et d’autre, tels que l’endossement par le Président de la République des recommandations de la Commission consultative présidentielle mise en place à son initiative, la nomination le 25 décembre du nouveau Premier Ministre et la signature de l’Accord tripartite entre les trois grands pouvoirs de l’Etat autour de la crise préélectorale », avait souligné Sandra Honoré dans un communiqué de presse.

La Représentante spéciale avait noté avec satisfaction ces avancées et a encouragé toutes les parties à continuer à s’engager, avec le soutien du peuple haïtien, dans la mise en œuvre des recommandations restantes de la Commission consultative et des dispositions de l’Accord tripartite, compte tenu de la proximité de la date du 12 janvier 2015.

Dans le même communiqué, Sandra Honoré avait salué le courage du peuple haïtien et la dignité avec laquelle il s’évertue à bâtir une société stable, inclusive et prospère. Elle avait souhaité qu’en 2015 le processus de renouvellement institutionnel dans le pays soit consolidé. Elle avait réitéré l’engagement continu de la Mission des Nations Unies en Haïti (MINUSTAH) aux côtés du gouvernement et de la société haïtienne tout entière « en vue de capitaliser sur les acquis humanitaires et de renforcer ceux obtenus en matière de stabilisation et de développement ».

Haïti attend depuis trois ans des élections législatives et municipales. Les autorités ont renoncé à organiser ces scrutins en octobre 2014, comme cela était envisagé. Or, le mandat du Parlement haïtien prend fin le 12 janvier. L’arrivée à expiration de ce mandat pourrait pousser le Président Martelly à diriger le pays par décrets.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...