Haïti : cinq ans après le tremblement de terre, Ban Ki-moon honore la mémoire des victimes

Écouter /

Photo : PNUD/MINUSTAH

A l’occasion de la commémoration du cinquième anniversaire du tremblement de terre en Haïti, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a honoré la mémoire des plus de 200.000 victimes engendrées par la catastrophe, et notamment des 102 membres du personnel de l’Organisation qui ont trouvé la mort dans « ce tragique événement».

« Je me souviens encore de la dévastation et de la souffrance dont j’ai été le témoin lors de mes visites en Haïti à la suite de cette catastrophe », a déclaré dans un communiqué de presse le chef de l’ONU, en référence au séisme survenu dans l’île caribéenne le 12 janvier 2010 à 16 heures 53 minutes, heure locale.

« Aujourd’hui, nous honorons la mémoire des filles et des fils, des mères et des pères, des amis et des proches qui ont péri. Nous rendons aussi hommage à ceux qui ont survécu et dont la force et l’engagement sont une source d’inspiration pour le monde », a poursuivi le Secrétaire général, ajoutant que le sentiment de douleur est encore bien présent dans les esprits.

M. Ban a rappelé qu’il avait eu l’honneur d’inaugurer, la semaine précédente, une plaque commémorative dédiée aux membres du personnel des Nations Unies qui ont péri ce jour-là. « Aujourd’hui, j’appelle à ce que nous nous unissions pour rendre hommage à leur vie et à leur dévouement à Haïti et à son peuple. Nous leur serons éternellement reconnaissants pour ce sacrifice », a-t-il dit.

Le Secrétaire général a ajouté que, malgré la peine causée par la tragédie, « il y a aussi une promesse d’espoir », soulignant que lors de sa visite dans le pays en 2014, il a pu constater les progrès réalisés. « Je félicite le peuple haïtien pour sa persévérance et j’exhorte la communauté internationale à poursuivre son précieux soutien au profit du futur de tous les Haïtiens ».

Le chemin du redressement en Haïti n’est pas sans obstacle, a cependant précisé M. Ban, ajoutant qu’il y a eu, et continue d’avoir des revers dans le pays, et qu’il reste encore beaucoup de travail à faire pour assurer « la stabilité politique et institutionnelle, la gouvernance démocratique et le développement durable ».

« Néanmoins, faisons d’aujourd’hui un jour de mémoire et d’espoir pour un Haïti stable et prospère. Ensemble, faisons tout notre possible pour un tel avenir en Haïti », a conclu le Secrétaire général de l’ONU

Sur place 5 ans après, des déplacés continuent d’exiger le respect de leur droit au logement. Ainsi, des citoyens vivants au camp Canaan condamnent des menaces déguerpissement et leur mauvaise condition de vie.

(Extrait sonore : reportage de Luckson Saint-Vil de MINUSTAH-FM)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...