2015 : Année de “l'action mondiale” selon l'ONU

Écouter /

Image : ONU

2015 sera une année importante pour le développement, selon le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies.

Pour l'Organisation il s'agit d'une « année d'action mondiale » qui se dénote notamment par un changement important dans l'agenda du développement.

Les Objectifs de développements du millénaire (ODM), fixés en 2000, arrivent à échéance, cédant la place au nouveau programme de développement pour l'après 2015 avec les Objectifs de développement durables (ODD), fixés à 2030.

Ce nouveau programme, en 17 points, se distingue des ODM à plusieurs niveaux. Alors que les ODM étaient principalement axés sur la réduction des inégalités sur le plan social, les ODD constituent un programme beaucoup plus large qui comprend les trois piliers du développement durable, y compris les aspects sociaux, économiques et écologiques.

Le programme engage les pays développés, au-delà de l'aide publique au développement, à une croissance économique soutenue ou encore au changement de mode de consommation.

Ce nouveau programme cherche d'une part à achever les taches entamées par le biais des ODM, mais en les poussant jusqu'au bout en atteignant tout le monde. Il serait en effet question d'éliminer complètement l'extrême pauvreté, plutôt que de la réduire de moitié.

L'ONU s'attend à une participation tout azimut à la mise en œuvre des ODD, qui comprenne tous les acteurs, gouvernements, société civile et société privée.

Selon l'Organisation mondiale il y aurait eu « une prise de conscience très grande du côté du secteur privé pour diminuer leur impact sur la planète » au cours des deux dernières décennies. Le secteur public a néanmoins un rôle très important comme cadre de politique et de Loi pour orienter le secteur privé vers la durabilité.

La société civile a également un rôle important à jouer, ayant généré les idées derrière la plupart des ODD.

Le chef de la sensibilisation pour le développement durable porte un regard plutôt positif sur la réussite des ODD. Il remarque notamment un engagement « beaucoup plus sérieux » qu'à l'an 2000. Le monde a beaucoup changé, non seulement le dérèglement climatique se fait sentir d'une façon beaucoup plus prononcées mais la période euphorique poste chute du mur est révolue et les gens sont engagés d'une façon différentes.

(Interview : Nikhil Chandavarkar, responsable de la sensibilisation au sein de la Division du développement durable au Département des affaires économiques et sociales de l'ONU; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...