Torture : après des révélations sur la CIA, les Etats ne doivent pas se dérober à leurs responsabilités

Écouter /

 

photo onu

Juan Méndez, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, a souligné jeudi 11 décembre dans un communiqué de presse, que la réticence du gouvernement des États-Unis à travailler avec les autorités internationales sur la question de la responsabilité des violations des droits de l’homme a rendu plus facile, pour les autres nations, de se dérober à leurs responsabilités.

L’avertissement du Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, Juan Méndez, arrive après la publication tant attendue des résultats, conclusions et résumé du rapport du Comité du renseignement du Sénat américain sur la CIA. Ces textes montrent que de hauts responsables américains ont favorisé, encouragé et permis l’utilisation de la torture après le 11 septembre.

“Je félicite le Comité du renseignement du Sénat pour mener ce qui semble être un rapport très complet et franc”, a déclaré l’expert.

“La publication de ce rapport contribue à remplir les obligations des États-Unis à l’égard de la vérité, et il devrait générer un débat honnête sur les causes institutionnelles et politiques qui ont conduit les États-Unis à s'engager dans la torture après le 11 septembre, et sur des mesures pour s'assurer que de telles pratiques ne se reproduiront pas”, a-t-il ajouté.

Le Rapporteur spécial a indiqué que cela devrait être une première étape dans le sens de l’accomplissement d’autres obligations américaines en vertu de la Convention contre la torture.

(Mise en perspective : Bettina Lioret)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...