Soudan du Sud : des perspectives sombres pour 2015, selon OCHA

Écouter /

Des personnes déplacées au Soudan du Sud. Photo ONU / JC MacIlwillaine

Un an après le début du conflit au Soudan du Sud qui a provoqué le déplacement de 1,9 millions de personnes, de nombreuses morts et violations des droits de l'homme, la situation reste préoccupante.

C'est le constat dressé par Kyung-wha Kang, la sous-Secrétaire générale aux Affaires humanitaires, après une visite au Soudan du Sud du 19 au 21 novembre et en Ethiopie du 22 au 25 novembre.

Au Soudan du Sud, Mme Kang a rencontré des communautés affectées par le conflit. Lors d’une conférence de presse, jeudi, à New York, elle a cité l'exemple d'un jeune garçon de 13 ans avec qui elle a échangé. Après avoir perdu ses parents pendant le conflit, il s'est trouvé contraint à fuir avec ses cinq jeunes frères et sœurs. Comme près de 500 000 enfants au Soudan du Sud, il n'aura pas été à l'école en 2014.

En Ethiopie, la sous-Secrétaire générale s'est rendue dans la région de Gambella dans l'ouest du pays où elle a visité des camps de réfugiés. En 2014, l'Ethiopie est devenue le pays qui accueille le plus de réfugiés en Afrique, avec une population de 600 000 réfugiés. Près de 194 000 d'entre eux sont originaires du Soudan du Sud, en grande majorité des femmes et des enfants. Mme Kang a noté que ce chiffre pourrait atteindre 350 000 d'ici à la fin du premier trimestre 2015.

Tout en saluant le travail réalisé par les agences humanitaires onusiennes, qui, au cours de l'année 2014, ont pu atteindre près de 3.5 millions de personnes vulnérables, éviter une famine et maitriser une épidémie de choléra, la sous-Secrétaire générale a exprimé ses inquiétudes pour l'année à venir : « Les perspectives restent sombres et le nombre de personnes gravement affectées par l'insécurité alimentaire devrait atteindre 2,5 millions de personnes au début de l'année 2015 », a-t-elle expliqué. Elle a relayé la demande de financement des agences d'aide humanitaire qui ont besoin de 600 millions de dollars pour lancer leurs opérations en 2015.

Kyung-wha Kang a conclu en appelant à redoubler d'efforts pour trouver une solution politique à la crise, et demandé un accès complet et sécurisé pour les agences humanitaires aux personnes dans le besoin.

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...