RCA : le Conseil de sécurité s’inquiète de l’instabilité de la situation pour la poursuite de la transition

Écouter /

Plus de 800 000 personnes sont encore déplacées ou réfugiées à cause du conflit en RCA. Photo ONU / Evan Schneider

La situation en République centrafricaine (RCA) reste extrêmement instable sur le plan de la sécurité, et l'exacerbation de ces tensions pèse sur le processus de transition politique.

Le rapport du Secrétaire général sur la situation en République centrafricaine au cours du dernier trimestre était présenté ce mardi 9 décembre devant le Conseil de sécurité.

Le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, tout en saluant les avancées obtenues dans le dialogue politique, a mis l'accent sur les risques qui pèsent sur le processus de transition : « La République centrafricaine entre dans  une phase critique à un moment où l’attention internationale sur la crise commence à se détourner un peu. Et pourtant le risque demeure élevé que des troubles additionnels dans le processus politique ou la situation sécuritaire puissent mettre le processus de transition en danger. »

Herve Ladsous a exhorté les autorités centrafricaines ainsi que la communauté internationale à « rester le cap fixé sur l'objectif » de la transition.  Il a notamment évoqué la préparation du Forum de Bangui pour la réconciliation qui doit se tenir au début de l'année 2015 et qui devrait permettre d'aboutir à un consensus politique sur les enjeux clés de la transition : Le désarmement et la démobilisation des différents groupes armés, la réforme du secteur de sécurité et la reconstitution des forces armées, la réforme politique et économique, le combat contre l'impunité, la situation des réfugiés et des personnes déplacées.  Ce forum, devrait être selon lui le point de départ d'un processus de réconciliation à long terme.

Des élections législatives et présidentielles doivent se tenir d'ici au mois d'aout 2015.

Le chef des opérations de maintien de la paix est aussi revenu sur les incidents violents qui ont eu lieu dans la capitale au mois d'octobre. « Tous ces incidents sécuritaires auraient pu faire l'objet d'une escalade très significative s'il n'y avait eu une réaction robuste de la MINUSCA pour ramener l'ordre », a-t-il souligné.

Selon le rapport du Secrétaire général, la situation humanitaire reste critique dans l'ensemble du pays. 410 000 personnes sont déplacées à l'intérieur du pays, et plus de 420 000 Centrafricains sont réfugiés dans les pays voisins. Le rapport cite également une évaluation du Programme Alimentaire Mondial qui relève que près de 1,2 million de Centrafricains auraient besoin d'une assistance alimentaire et que 28% de la population centrafricaine serait touchée par l'insécurité alimentaire.

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...