Peine de mort : l'ONU exhorte le Pakistan et la Jordanie à rétablir le moratoire

Écouter /

Zeid Ra'ad Zeid Al-Hussein, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme (Photo:ONU/J.M. Ferré)

Le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les droits de l’homme a exprimé lundi 22 décembre son profond regret face à la levée du moratoire sur la peine de mort au Pakistan et en Jordanie au cours des derniers jours.

Zeid Ra’ad Al Hussein a souligné qu'aucun système judiciaire – où qu'il soit- ne peut être infaillible.

“Il est très regrettable que le Pakistan et la Jordanie aient repris les exécutions, en inversant le moratoire sur la peine de mort qu’ils avaient louablement mis en place en 2008 et 2006 respectivement,” a affirmé le Haut commissaire, ajoutant que c'était “particulièrement décevant étant donné que la semaine dernière, un record 117 voté Unis à l’Assemblée générale de l’ONU en faveur d’un moratoire international sur l’utilisation de la peine de mort.”

Selon les analyses, le taux de criminalité n'est pas réduit par l’imposition de la peine capitale, a expliqué Zeid Ra’ad Al Hussein , précisant qu'au contraire des cas « choquants émergent avec une fréquence tragique, d’exécution de personnes qui sont par la suite innocentées » .

Globalement, environ 160 États ont soit aboli la peine de mort, ou ne la pratiquent pas. Ce chiffre est en croissance constante depuis les dernières années. Zeid s'est félicité de cette tendance positive, en soulignant qu’aucun système de justice, aussi robuste qu'il soit, ne peut garantir l'absence de condamnations injustifiées.

Le Haut commissaire a exhorté les gouvernements du Pakistan et la Jordanie d’imposer à nouveau le moratoire sur la peine de mort.

(Extrait sonore : Frej Fenniche, chef du département Moyen Orient et Afrique du nord; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...