L'Inde soutient les efforts de l'ONU pour renforcer les systèmes d'alerte précoce en Asie, 10 ans après le tsunami

Écouter /

Banda Aceh, après le tsunami. Photo ONU / Evan Schneider

Le gouvernement de l'Inde a annoncé aujourd'hui une contribution d'un million de dollars pour financer le Fonds d'affection spéciale de la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l’Asie et le Pacifique (CESAP) pour les tsunamis, les catastrophes et le changement climatique.

Selon la CESAP, la contribution du gouvernement de l'Inde va permettre de soutenir les efforts de la commission régionale pour renforcer les systèmes d'alerte précoce au niveau régional et améliorer l'information auprès des communautés les plus vulnérables afin de sauver des vies et des moyens de subsistance en cas de catastrophe.

Dans un communiqué paru vendredi, la CESAP a expliqué que les zones côtières de la région Asie-Pacifique restaient très vulnérables aux catastrophes naturelles telles que les tsunamis ou les tempêtes tropicales.

Le Sous-secrétaire général des Nations Unies et Secrétaire exécutif de la CESAP, le Dr Shamshad Akhtar, a remercié l'Inde pour ce partenariat, ajoutant que le Fonds avait une solide réputation dans la promotion de solutions innovantes basées sur une approche régionale.

La contribution indienne au Fonds d’affectation spéciale fait partie d’une série de mesures prises par le gouvernement de l’Inde pour soutenir les systèmes régionaux d’alerte précoce. Elle intervient ce vendredi 26 décembre, dix ans jour pour jour après le tsunami qui a couté la vie à plus de 200 000 personnes dans le sud-est asiatique, en 2004.

(Mise en perspective : Priscilla Lecomte)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...