Les Nations Unies inquiètes face à la nouvelle escalade de la violence en Libye

Écouter /

Des violents bombardements ont eu lieu dans la région de Nafusa, au mois de novembre. Photo IRIN/Jorge Vitoria Rubio

En Libye, la situation continue à se détériorer alors que la Mission d'Appui des Nations Unies en Libye, la MANUL, vient de condamner une série de frappes aériennes contre la ville de Misrata et craint un retour à une guerre totale, bien que les pourparlers de paix doivent reprendre au début de janvier.

Dans un communiqué paru dimanche, la MANUL a déploré les attaques aériennes de l'armée libyenne contre des militants basés dans la ville de Misrata, à l'ouest du pays et a appelé à un retour au calme face à cette nouvelle escalade de la violence.

Ces frappes interviennent au lendemain d'attaques contre des installations pétrolières, dans la région de Sidra, où des réservoirs de stockage de pétrole ont pris feu et une vingtaine de soldats ont été tués.

La MANUL a prévenu que ces attaques  ne feraient qu'empirer la situation et risquaient de mener le pays au chaos. La mission a rappelé que ceux qui encourageaient l'escalade de la violence créaient des obstacles à une solution politique et consensuelle à la crise actuelle en Libye et que leurs actions constituaient une violation des résolutions du Conseil de Sécurité sur la Libye.

La recrudescence de la violence dans plusieurs villes de la Libye, depuis le mois de mai dernier, a provoqué le déplacement de plus de 400 000 personnes selon le Haut-Commissariat aux Réfugiés.

En août dernier, le Conseil de Sécurité avait adopté une résolution déplorant l'aggravation de la violence en Libye, en particulier autour de Tripoli et de Benghazi, et s'inquiétant du danger que cela représentait pour la stabilité et la transition démocratique de la Libye. Le Conseil s'était également dit préoccupé par le nombre croissant de terroristes et de groupes terroristes liés à Al-Qaida et appelé à une cessation immédiate des hostilités et la reprise d'un dialogue politique inclusif. La résolution avait également renforcé le régime des sanctions imposant un embargo sur les armes.

(Mise en perspective : Priscilla Lecomte)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...