La MINUAD demande un accès immédiat au village de Thabit pour poursuivre les investigations sur les accusations de viol collectif

Écouter /

Un convoi de l’UNAMID se rend dans un village du Sud Darfour où la population civile a été victime de violences intercommunautaires. Photo UNAMID / Albert Gonzales Farran

Le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, a lancé un appel devant le Conseil de Sécurité à un accès immédiat et indépendant au site de Thabit pour vérifier les allégations de viol collectif.

Il s'exprimait jeudi 4 décembre devant le Conseil de Sécurité pour présenter le rapport trimestriel du secrétaire général sur la mission hybride de l'Union Africaine et des Nations Unies au Darfour, la MINUAD.

Hervé Ladsous a expliqué que, suite aux allégations concernant le viol de 200 femmes dans le village de Thabit, au Nord Darfour, il a fallu à la MINUAD plus d'une semaine pour obtenir l'autorisation de se rendre sur place. Le résultat des enquêtes préliminaires, n'est, d'après lui, pas satisfaisant : « Il y a en fait matière à des investigations supplémentaires, parce que notamment les forces militaires et policières étaient lourdement présentes dans le village durant leur mission sur place », a-t-il déclaré, ajoutant « ce n'est qu'en étant en mesure d'investiguer de manière totalement indépendante que la MINUAD pourra faire toute la lumière sur ces allégations qui sont très sérieuses ».

Cet incident, d'après le Secrétaire général adjoint, illustre les difficultés de la MINUAD à avoir un accès direct aux populations vulnérables qui ont besoin d'être protégées.

Plus largement, Hervé Ladsous a fait état de tensions entre la mission et le gouvernement. Il a ainsi expliqué que le gouvernement du Soudan avait exigé le retrait de deux experts internationaux des droits de l'homme travaillant pour la MINUAD à Karthoum. Le gouvernement du Soudan a également appelé à une sortie de la MINUAD du Soudan. Pour le chef du département des opérations du maintien de la paix, cette demande est conforme avec les dernières résolutions du Conseil de Sécurité sur la MINUAD et il est nécessaire de parvenir à un accord sur un calendrier de sortie. A ce titre, Hervé Ladsous a annoncé que 1 260 postes devraient être supprimés  de la MINUAD au cours de cet exercice budgétaire et du suivant.

Au cours de sa présentation, Hervé Ladsous a aussi fait le point sur la situation politique, sécuritaire et humanitaire au Darfour.

Sur le plan politique, il a noté que des pourparlers directs entre le gouvernement du Soudan et les mouvements armes du Darfour avaient eu lieu en Ethiopie au mois de novembre.

Evoquant la situation sécuritaire, il a constaté la poursuite des heurts entre les forces gouvernementales et les mouvements armés, et une augmentation des violences intercommunautaires et de la criminalité. « Cette insécurité a eu des conséquences sur la capacité de la mission à mettre en œuvre son mandat notamment sous l'angle de la protection des civils », a-t-il déploré.  Il a rendu hommage aux trois Casques bleus qui ont perdu la vie au cours du dernier trimestre et adressé ses condoléances aux familles des victimes.

Enfin, la situation humanitaire reste d'après lui préoccupante, avec 430 000 nouvelles personnes déplacées depuis le début de l'année.

(Extrait sonore : Hervé Ladsous, Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix)

Classé sous L'info, Maintien de la paix.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...