Kosovo : le chef de la MINUK salue l'accord de partage du pouvoir

Écouter /

 

Photo ONU / Flaka Kuqi

La situation politique au Kosovo était au programme du Conseil de sécurité jeudi. Farid Zarif, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies, et chef de la mission des Nations Unies au Kosovo, la MINUK, a salué le récent accord de partage du pouvoir entre le parti démocratique et le parti libéral démocratique, qui survient 6 mois après les élections législatives de juin.

Cet accord devrait aboutir à la constitution d'un gouvernement dans les prochains jours, incluant des représentants de la minorité serbe et d'autres communautés.

Farid Zarif a salué les efforts déployés par la police kosovare et les forces de sécurité afin de contenir la violence extrémiste. Il a également salué le rôle  joué par les leaders religieux dans la dénonciation de l'extrémisme et le soutien au respect interculturel.

Le chef de la MINUK a exprimé ses inquiétudes sur la préservation de l'héritage culturel et religieux du Kosovo, face à la poursuite de constructions illégales aux abords de sites inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Il a également soulevé la question du retour des populations déplacées, notant que des incidents de sécurité affectant ces rapatries ou leurs biens n'était pas propice à créer un climat de confiance.

Evoquant les allégations de corruption concernant la mission européenne « Etat de droit » (EULEX Kosovo), Farid Zarif a indiqué que le nouveau chef de la mission européenne avait confirmé que les enquêtes se poursuivaient, et qu'un expert indépendant avait été nommé par l'Union Europeenne sur cette question. Il a ajouté que  cette investigation était essentielle dans le cadre du processus de justice et de réconciliation.

La Mission d'administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK) a été établie en 1999 afin d’assurer une administration intérimaire dans le pays. Le Conseil a investi la MINUK de l’autorité sur le territoire et la population du Kosovo, y compris tous les pouvoirs législatifs et exécutifs, de même que l’administration du pouvoir judiciaire.

Après la déclaration d’indépendance par les autorités kosovares et l’entrée en vigueur d’une nouvelle constitution en juin 2008, le mandat de la Mission a été considérablement modifié de façon à ce qu’il soit principalement axé sur la promotion de la sécurité, de la stabilité et du respect des droits de l’homme au Kosovo.

(Mise en perspective : Priscilla Lecomte)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...