Journée internationale des migrants: il faut agir pour sauver la vie des migrants

Écouter /

Les demandeurs d'asile et les migrants économiques prennent la mer, attendant le départ à l'étroit sur le pont du bateau. Photo : UNHCR/A. D'Amato

Trop de migrants vivent et travaillent dans des conditions précaires et injustes, a déclaré jeudi le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, à l’occasion de la Journée internationale des migrants.

« Nous appelons à la réalisation et à la protection des droits de l’homme pour 232 millions de migrants dans le monde », a déclaré M. Ban dans un communiqué de presse commémorant l’évènement.

Le 4 décembre 2000, l’Assemblée générale des Nations Unies, compte tenu du nombre important et croissant de migrants dans le monde, a proclamé le 18 décembre Journée internationale des migrants. Le 18 décembre 1990, l’Assemblée générale avait adopté la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille.

Dans son message, le Secrétaire général a déclaré que le programme de développement pour l’après-2015 offre une occasion unique pour faire des besoins des plus pauvres et des plus marginalisés une priorité. « Pour répondre à l’objectif principal de ce nouveau cadre, à savoir de ‘ne laisser personne de côté’, nous devons accorder une plus grande attention à la situation précaire des migrants dans le monde ».

M. Ban a attiré l’attention des Etats sur les « conditions précaires et injustes » auxquelles de nombreux migrants sont confrontés, soulignant que nombre d’entre eux risquent leur vie en mer en tentant de chercher refuge ailleurs et, lorsqu’ils en réchappent, sont souvent incarcérés au terme de leur périple, en lieu et place de l’empathie et de la protection espérées. Les enfants de migrants sont particulièrement vulnérables, at-t-il ajouté.

« J’appelle tous les États à ratifier et à mettre en œuvre tous les instruments internationaux fondamentaux des droits de l’homme, y compris la Convention internationale … ainsi que les instruments pertinents du droit international du travail », a déclaré le Secrétaire général. « J’exhorte également les États à adopter des politiques migratoires fondées sur les droits de l’homme favorisant les voies de migration légales ».

M. Ban a souligné l’importance de disposer de données précises pour veiller à ce que les migrants soient inclus dans les stratégies de développement des États et leur permettre d’y contribuer.

« Les politiques migratoires doivent se fonder sur les faits, plutôt que s’enraciner dans la xénophobie et les idées reçues », a-t-il dit, appelant les Etats membres à réaffirmer leur engagement à former des sociétés diverses et ouvertes offrant des opportunités et une vie digne pour tous les migrants.

Dans une déclaration à l’occasion de la Journée, le Directeur général de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), William Lacy Swing, a déclaré que la montée du sentiment anti-migrant est d’une « ironie cruelle » alors même que les sociétés vieillissantes ont besoin des migrants pour fournir une main-d’œuvre nécessaire. Et il appelle à agir sans tarder pour sauver les vies des migrants et mettre un terme aux activités des trafiquants qui exploitent le désespoir des candidats à la migration.

(Extrait sonore: William Lacy Swing, Directeur général de l’OIM; propos recueillis par Jean-Pierre Amisi Ramazani)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...