Israël/Palestine : le Conseil de sécurité rejette l'adoption d'un calendrier pour les négociations de paix et pour le retrait d'Israël

Écouter /

 Le projet de résolution appelant à la mise à terme de l'occupation d'Israël des Territoires occupés de la Palestine pour la fin 2017 n'a pas reçu le nombre de voix nécessaires à son adoption ce mardi lors de la réunion du Conseil de sécurité à New York.

Le projet, qui devait réunir 9 voix pour être adopté, a reçu 8 voix pour, 2 voix contre et 5 abstentions.

La France, la Chine et la Russie, tous trois membres permanents du Conseil étaient parmi les pays qui ont apporté leur soutien au projet de résolution. L'Australie et les Etats-Unis ont voté contre, alors que le Royaume-Uni, la Coree du Sud, la Lithuanie, le Nigéria et le Rwanda se sont abstenus.

Le projet de résolution proposait notamment des frontières établies sur la base de celles du 4 juin 1967, le retrait d'Israël des territoires occupes palestiniens pour la fin 2017, et Jérusalem Est comme capitale des deux États indépendants et accordait 12 mois aux parties pour arrives a un accord.

 

Pour les Etats-Unis le texte présenté était déséquilibré.

 

« Malheureusement, au lieu de donner une voix aux aspirations des Palestiniens et des Israéliens, ce texte répond aux préoccupations d’un seul côté. Il est profondément déséquilibré et contient de nombreux éléments qui ne sont pas propices à des négociations entre les parties, y compris les échéances non constructives qui ne tiennent pas compte des préoccupations légitimes de sécurité d’Israël,» a déclaré la Représentante permanente des États-Unis auprès des Nations Unies, Samantha Power, après le vote.

 

Le Luxembourg, qui était parmi les pays qui ont appuyé le projet était représenté par son ministre des affaires étrangères, John Asselborn qui a notamment affirmé que l'heure de prendre des mesures audacieuses et concrètes était venue et qu'il fallait tirer les leçons du passé.

 

« Israéliens et Palestiniens n’arriveront à s’entendre que si la communauté internationale s’engage de manière plus déterminée que par le passé ; si elle fixe le cadre d’un règlement, avec des paramètres clairs et un calendrier précis. C’était là tout l’objet du projet de résolution présenté par la Jordanie. Malgré le résultat du vote d’aujourd’hui, nous restons convaincus que le Conseil de sécurité peut et doit jouer un rôle constructif dans ce contexte. Pour être à la hauteur de sa responsabilité principale du maintien de la paix et de la sécurité internationales, le Conseil de sécurité doit assumer un rôle plus actif pour appuyer et préserver la solution à deux États et mettre un terme à l’occupation » a affirmé le Ministres des affaires étrangères,» a expliqué le Ministres luxembourgeois.

 

(Extrait sonore : Jean Asselbom, Ministre des Affaires ÿtrangÿres et europÿennes du Luxembourg)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...