Harlem célèbre l'universalisme de la déclaration des droits de l'homme

Écouter /

Les participants à la lecture publique de la déclaration universelle des droits de l’homme. Photo ONU / Francesca Lorusso Caputi

Alors que la communauté internationale célébrait le 10 décembre la journée internationale des droits de l'homme, une cérémonie était organisée a Harlem, au centre de recherche Schomburg sur les cultures noires.

Des étudiants  américains, des activistes et des ambassadeurs se sont alternés au micro pour lire, en plusieurs langues, le préambule et les trente articles de la déclaration universelle des droits de l'homme, adoptée le 10 décembre 1948.

Dans son discours d'introduction, le vice-secrétaire général des Nations Unies Jan Eliasson a cité Martin Luther King disant : «  l'injustice dans un endroit est une menace pour la justice partout » et rappelé la nécessité de mener le combat pour les droits de l'homme 365 jours par an.

« Les violations des droits de l’homme sont des signaux d’alerte précoce d’une société en difficulté, qui se dirige vers de plus grandes difficultés… Les violations des droits de l’homme devraient être considérées comme des signaux en vue d'une intervention plus forte, plus que ce qu'il n'a été fait dans le passé. » a-t-il déclaré.

Pour le représentant permanent d'Haïti auprès des Nations Unies, l'ambassadeur Denis Régis, il y a lieu d'être optimiste, car « il y a une accélération dans l'histoire du monde et des droits et des libertés, et les poches d'autoritarisme et de dictature se réduisent considérablement ».

Pour Aicha Munir, une des étudiantes du Hunter College qui participait à la lecture publique, la déclaration universelle des droits de l'homme est une source d'inspiration.

«  Les droits de l'homme n'aident pas seulement ceux qui les connaissent, mais aussi ceux qui ne les connaissent pas. Car beaucoup de gens dans les pays en développement n'ont aucune idée des droits de l'homme, […] c'est notre devoir d'aller les aider ».

Le centre de recherche Schomburg sur les cultures noires est dirigé par le docteur Khalil Gibran Muhammad et a vocation à contribuer à la diffusion du savoir sur les expériences noires dans le monde à travers des expositions, des programmes éducatifs et la recherche.

(Mise en persective et prise de son : Priscilla Lecomte)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...