FAO: l'indice des prix alimentaires stable pour le troisième mois consécutif

Écouter /

Malgré le frein aux importations de produits laitiers par la Fédération de Russie, à Fidenza (Italie du Nord) on continue à fabriquer le fromage parmesan-Photo: FAO

L’indice FAO des prix des produits alimentaires était stable dans l’ensemble en novembre dernier, la remontée des cours des céréales et des huiles végétales ayant contrebalancé la déprime du côté des produits laitiers.

L’indice est resté stable pour le troisième mois consécutif, s’établissant en moyenne à 192,6 points. Il est à présent inférieur de 13 points (- 6,4%) par rapport à son niveau de novembre 2013.

“L’indice semble avoir atteint son niveau le plus bas et pourrait probablement se redresser au cours des prochains mois”, selon M. Abdolreza Abbassian, économiste en chef de la FAO.

Après la volatilité des dernières années, l’indice FAO des prix alimentaires, qui est pondéré en fonction des échanges commerciaux de cinq principaux produits alimentaires de base, se situe aujourd’hui autour de son niveau d’août 2010. Il agrège les sous-indices des céréales, de la viande, des produits laitiers, des huiles végétales et du sucre.

L’indice FAO des prix laitiers a régressé de 3,4 pour cent depuis octobre et de 29 pour cent par rapport à l’année précédente. Il s’est établi en moyenne à 178,1 points en novembre du fait à la fois de l’augmentation des disponibilités à l’exportation et du ralentissement des importations de certains grands marchés comme la Chine et la Fédération de Russie.

L’indice des cours du sucre a reculé de 3,2 pour cent en octobre pour atteindre en moyenne 230 points en novembre, soit environ 8 pour cent de moins que son niveau de l’année précédente. La récente déprime s’explique par le fait que les pluies tombées sur la principale région productrice du Brésil ont calmé les inquiétudes quant à une sécheresse prolongée dans le plus grand pays exportateur mondial de sucre.

Quelques nuages au-dessus de la récolte de blé d’hiver de l’hémisphère nord

Pour la première fois depuis mars dernier, les cours des céréales ont enregistré une hausse due au fait que les conditions de croissance des cultures de blé récemment ensemencées dans l’hémisphère nord sont loin d’être idéales. Toutefois, les cours du riz ont fléchi avec l’arrivée sur les marchés de quantités fraîchement récoltées. L’indice des prix des céréales a atteint en moyenne 183 points en novembre, soit une augmentation de 2,6 pour cent par rapport à octobre, mais 5,8 pour cent de moins que l’année précédente.

L’indice des prix des huiles végétales a augmenté de 0,7 pour cent, atteignant 164,9 points, mais il est demeuré inférieur de près de 17 pour cent par rapport à son niveau de l’année précédente, du fait à la fois d’une production mondiale d’huile de tournesol inférieure aux prévisions et du ralentissement de la production d’huile de palme en Malaisie et en Indonésie. Quant aux cours de l’huile de soja, leur faiblesse a freiné la remontée du sous-indice.

Les cours de la viande sont demeurés stables en novembre bien que la viande bovine et la plupart des autres types de viande soient à leurs niveaux historiques les plus hauts. L’indice des prix de la viande a atteint en moyenne 210,4 points, en ligne avec sa valeur révisée d’octobre mais en augmentation de 13,3 pour cent par rapport à novembre 2013. Les prix de la viande ovine ont légèrement augmenté au cours du même mois.

(Mise en perspective: Florence Westergard)

Classé sous L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...