Ebola, une menace pour l'économie des pays affectés, selon la Banque Mondiale

Écouter /

L’impact économique et humain de l’épidémie d’Ebola risque d’être devastateur. Photo PNUD / Morgana Wingard.

L'épidémie d'Ebola continue de ralentir la croissance économique des pays affectés, selon un rapport de la Banque Mondiale paru mardi, alors que le président de la Banque Mondiale, Jim Yong Kim, entame une visite de deux jours en Guinée au Libéria et en Sierra Leone pour y rencontrer les chefs d'Etat et les travailleurs de santé, et faire le point sur l'impact économique de l'épidémie.

Les taux de croissance des trois pays concernés ont été sévèrement revus à la baisse pour le deuxième semestre 2014. Avant la crise, le taux de croissance annuel était estimé à 5.9% au Liberia, il devrait être en réalité de 2.2%. En Sierra Leone, les estimations pour 2014 sont passées de 11.3% à 4%. En Guinée, la croissance devrait être quasi nulle alors que les prévisions tablaient sur un taux de croissance de 4.5% avant le début de l'épidémie.

La Banque Mondiale anticipe même une période de récession en 2015 pour la Sierra Leone (-2%) et la Guinée (-0,2%), et une croissance de 3% au Liberia, alors que les estimations réalisées avant la crise prévoyaient un taux de croissance de plus de 6%.

Pour Jim Yong Kim, ce rapport confirme que la réduction à zéro du nombre de cas d'Ebola doit rester l'objectif, car, a-t-il déclaré, « plus la crise dure, plus l'impact humain et économique risque d'être devastateur ».

Le Président de la Banque Mondiale a demandé à la communauté internationale d'aider les pays affectés à retrouver le chemin de la croissance économique et du développement, tout en poursuivant la lutte contre l'épidémie.

Alors que d'importants projets d'investissement ont été abandonnés ou provisoirement arrêtés, tel que la construction d'une usine hydroélectrique au Libéria, l'impact financier pour l'ensemble de la sous-région, selon la Banque Mondiale, devrait s'élever à 3 milliards de dollars, selon les estimations « optimistes », ou 32 milliards, selon le pire des scenarii.

La Banque Mondiale a mobilisé près d'un milliard de dollars d'aide pour les pays affectés par Ebola. Cela comprend 518 millions de dollars consacrés à la lutte contre l'épidémie, et 450 millions au soutien à l'emploi et à l'investissement.

(Mise en perspective : Priscilla Lecomte)

Classé sous Épidémie d'Ebola, L'info, Santé.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...