Ebola / Guinée : Ban Ki-moon affirme l’engagement de l’ONU

Écouter /

Le Secrétaire général Ban Ki-moon salue Rebecca Johnson, une infirmière ayant survécu à Ebola. Photo : ONU/Martine Perret

"L'Organisation des Nations Unies vous soutiendra jusqu'à ce que l'épidémie soit enrayée et que le pays se soit remis de ses effets dévastateurs", a déclaré samedi le Secrétaire général des Nations Unies s'adressant aux habitants de la Guinée depuis la capitale de Conakry.

En mission dans les trois pays les plus touchés par l'épidémie d'Ebola, Ban Ki-moon a loué la détermination des autorités nationales, la mobilisation des populations touchées et l'aide de partenaires du monde entier, qui ont pu « sensiblement freiner » la propagation du virus dans certaines régions du pays et donner l'espoir de vaincre la maladie aux milliers de personnes ‒ médecins, soignants bénévoles et populations touchées notamment – qui la combattent.

« Il reste néanmoins beaucoup à faire » a affirmé le chef de l'ONU, ajoutant que l'Ebola continue de se répandre et constitue un risque sérieux pour tous les Guinéens.

Il n'a jamais été aussi important de travailler ensemble et tous les Guinéens devront s'impliquer activement dans la lutte contre la maladie pour mettre fin à l'épidémie.

Le Secrétaire général s'est entretenu avec le Président Condé de la situation en Guinée forestière, où il est inquiétant de constater que le nombre de malades semble continuer de croître. Les deux ont convenu qu'il fallait une collaboration transfrontalière solide, en particulier dans la région de l'Union du fleuve Mano, pour éviter que l'épidémie ne reparte de plus belle.

Pour le Chef de l'ONU même si la priorité immédiate est d'arrêter la propagation de la maladie, il n'est pas trop tôt pour commencer à penser au relèvement.

A cet effet Ban Ki-moon a appele à multiplier les activités visant à rétablir les services sociaux de base, renforcer les services de santé, soutenir l'économie et, de façon générale, accroître la résilience du pays.

À long terme, a avertit le Chef de l'ONU, l'épidémie d'Ebola risque d'avoir des conséquences socioéconomiques graves et invité la communauté internationale à rester mobilisée.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...