Conférence de Lima sur le climat : les gouvernements se mettent d'accord sur les bases d'un accord pour 2015

Écouter /

 

La lutte contre le dérèglement climatique passe par un engagement à tous les niveaux de la société. Ici en Mongolie, des panneaux solaires alimentent en électricité une famille nomade. Photo ONU / Eskinder Debebe

Dimanche, les deux semaines de négociations sur le climat qui se sont déroulées dans la capitale du Pérou, Lima, se sont conclues par une décision commune sur les bases du futur accord prévu pour le sommet sur le climat de Paris fin 2015. Les gouvernements se sont aussi mis d'accord sur les principes de base des contributions qui doivent être fournies au cours du premier trimestre 2015.

Ces contributions nationales doivent former la base de l'action en faveur du climat après 2020, quand le nouvel accord entrera en vigueur.

Au cours de la conférence de presse qui a clôturé la conférence, la Secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, Christiana Figueres a souligné la forte progression réalisée au cours des dernières années, en matière de réponse politique, de recherche scientifique et d'action sur le terrain par de nombreux acteurs locaux. Elle a affirmé : « On sait bien que l'on doit lutter contre le changement climatique, on sait de plus en plus que l'on peut lutter contre le changement climatique et maintenant avec cette conférence des parties et la perspective du Sommet de Paris, nous nous assurons que nous allons lutter contre le changement climatique. »

Le Ministre des affaires étrangères français, Laurent Fabius, s'est félicité, lors de cette conférence de presse, de l'accord obtenu. «  C'est un grand soulagement », a-t-il déclaré, « même s'il reste beaucoup à faire avant la rencontre de Paris ». Il a mis en avant le fait que les contributions attendues dans la lutte contre le dérèglement climatique doivent venir de tous les acteurs de la société : gouvernements, mais aussi secteur privé, monde associatif, gouvernements locaux.

De son côté, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon a salué dans un communiqué publié dimanche les décisions adoptées ce week-end, déclarant qu'elles ouvraient la voie à l'adoption d'un accord universel et significatif pour 2015, et il a demandé à toutes les parties,  notamment les grandes économies, de soumettre des engagements nationaux ambitieux bien avant le sommet de Paris.

(Extrait sonore : Laurent Fabius, Ministre des Affaires Etrangères de la France)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...