UIT/TIC : le Danemark, la Corée du nord et la suède en tête de liste du développement des TIC

Écouter /

“Mesurer la société de l’information 2014″ (Image : UIT)

Plus de trois milliards de personnes sont désormais en ligne et les technologies de l'information et de la communication (TIC) continuent de croître à un rythme soutenu dans presque tous les pays du monde, selon le rapport annuel de l'Union Internationale des télécommunications (UIT) « Mesurer la société de l’information 2014 », publié lundi 24 novembre.

Sur les 4,3 milliards de personnes qui n'utilisent pas encore l'Internet, 90% vivent dans des pays en développement.

Le Danemark arrive en tête du classement de l'indice de développement des TIC (IDI), outil de mesure composite qui établit un classement entre 166 pays en fonction de leur niveau d’accès aux TIC, de leur utilisation des TIC et de leurs compétences dans ce domaine. La République de Corée se classe deuxième et la Suède troisième.

Les 30 premières places du classement sont occupées par des pays européens ainsi que par des pays à revenu élevé d'autres régions, comme l'Australie, Bahreïn, le Canada, les Etats Unis, le Japon, Macao (Chine), la Nouvelle Zélande et Singapour. Presque tous les pays ayant participé à l'enquête ont progressé au classement de l'indice IDI cette année.

Le rapport met en évidence un groupe de “pays les plus dynamiques”, qui ont accompli des progrès supérieurs à la moyenne en ce qui concerne leur classement selon l’indice IDI au cours des 12 derniers mois, dont les Émirats arabes unis, Fidji, le Cap-Vert, la Thaïlande, Oman, le Qatar, le Bélarus, la Bosnie-Herzégovine et la Géorgie.

Les valeurs de l'indice IDI sont en moyenne deux fois plus élevées dans les pays développés que dans les pays en développement.

Aussi les trois quart des pays les moins connectés sont des pays africains. Même si le continent a beaucoup progresse et que la téléphonie mobile a beaucoup progressé au cours des 10 derniers années dans le continent, trop peu de personnes se connectent à l'internet en raison, notamment dû au manque de connectivité pour relier le continent aux autres pays et aux autres pays, aux prix faramineux, et au manque d'infrastructure de lignes fixes qui font que les connections internet de haut-débit se font par le réseau mobile sur le continent.

(Extrait sonore : Vanessa Grey, analyste au sein de l'UIT; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...