RDC: les casques bleus n'ont pas tué un motard à Mbau, selon la Monusco

Écouter /

Photo MONUSCO / Mary Frechon

La Monusco déplore les incidents survenus depuis le début de cette semaine dans le secteur Mbau, en territoire de Beni (Nord-Kivu), où au moins trois personnes ont été tuées au cours de manifestations populaires. Le porte- parole militaire de la Monusco, le colonel Félix Basse, affirme que les casques bleus, en mission dans ce secteur, ont été confrontés à des manifestants hostiles et agressifs. Il assure cependant que le convoi du contingent tanzanien de la brigade d'intervention a réussi à traverser la barrière sans faire aucun blessé.

«Le 10 novembre, aux environs de 17h30 à Beni, un groupe d'individus non identifiés, après avoir barricadé la route, se sont soudainement mis à jeter de pierres à hauteur de la localité de Oïcha, sur un convoi du contingent tanzanien de la brigade d'intervention qui faisait mouvement de Mavivi vers Erengeti, obligeant ainsi les casques bleus à tirer en l'air pour disperser la foule hostile et agressive, mais aussi leur permettant ainsi de poursuivre la route», a-t-il expliqué.

«Jusqu'au moment où ils partaient du site de l'incident, aucun blessé n'a été déploré ou noté», a insisté le porte-parole militaire. Des sources locales, elles, ont accusé les casques bleus d'avoir provoqué la mort du motard sans fournir de preuve ni expliquer les circonstances.

Pour le colonel Félix Basse, pour le moment, rien n'est très clair dans cette situation.

«Les investigations vont être menées et la Monusco réaffirme avec détermination son engagement à travailler de concert avec les forces de défense et de sécurité congolaises pour apporter toute la lumière sur les circonstances réelles d'un tel incident», a-t-il assuré.

Le colonel Félix Basse a saisi l'opportunité pour «dénoncer avec force toutes ces attaques récurrentes contre les casques bleus de la mission des Nations unies qui sont en opération dans la région de Beni, pour mettre un terme de manière définitive aux exactions perpétrées par les rebelles ougandais de l'ADF».

Le porte-parole militaire de la Monusco a enfin appelé les populations de Beni à être vigilante aux infiltrations, à ne pas céder aux manipulations des ennemis de la paix et à soutenir les FARDC, la police nationale et les forces de la Monusco afin de mettre un terme aux activités de groupes armés dans la zone.

(Extrait sonore : Colonel Félix Basse, porte-parole militaire de la Monusco)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...