Moyen-Orient : “Les Syriens sont au désespoir: il faut agir”, selon Staffan de Mistura

Écouter /

“Après, trois ans et demi sans voir de solution, près de 200.000 morts, et avec Genève II qui est tombé à l'eau, la population syrienne est au désespoir, a affirmé l'Envoyé spécial de l'ONU de retour d'une tournée de 40 jours en Syrie et dans la région.

A cet effet, Staffan de Mistura, qui a pris ses fonctions cet été remplaçant Lakhdar Brahimi, a présenté un nouveau plan d'action devant le Conseil de sécurité la semaine dernière qui propose notamment des zones d'arrêt de combat.

Le cessez-le-feu dans le passé était basé sur l'utilisation de la force ou sa suspension. Il s'agit dans ce plan d'arrêter les combats dans certaines zones et les « refroidir », explique l'Envoyé spécial, ajoutant que ce refroidissement permettrait ainsi d'apporter plus d'aide humanitaire et donner l'occasiond’établir une formule pour un débat politique entre les Syriens.

Selon Staffan de Mistura, la montée de l'EIIL, (État islamique en Iraq et au Levant) qui s'emparé d'environ un tiers du pays, aurait provoqué un changement de regard sur la crise syrienne et pourrait aider les acteurs à se réveiller.

Sur sa rencontre avec le Président al Assad , Steffan de Mistura affirme que le Président syrien a compris que le terrorisme et la question de Daech sont une priorité et qu’il n'y a aucune solution militaire car ni lui ni son opposition sont en condition de gagner sur le plan militaire, et que c'est la population civile qui perd.

Selon l'Envoyé spécial pour la Syrie il faut donc a présent chercher à comprendre ce que l'on entend par solution politique et avec quel résultat, « et c'est là où il faut travailler ».

(Interview : Staffan de Mistura, Envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie; propos recueillis par Stéphanie Coutrix)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...