Lutte contre Ebola: le nombre réel de cas pourrait être plus élevé, selon Banbury

Écouter /

Anthony Banbury. Photo ONU/ Eskinder Debebe

Pour le moment, la priorité numéro un dans la lutte contre l'épidémie du virus Ebola est de stopper le virus au plus vite, a déclaré le Représentant spécial du Secrétaire général pour la crise d'Ébola, Anthony Banbury, de passage au Siège de l'ONU à New York.

Le chef de la mission de l'ONU pour la crise d'Ébola s'est par ailleurs félicité de la coopération et de la volonté politique dont fait preuve la communauté internationale, mais aussi des moyens qui commencent à suivre.

Lors de ses 5 premières semaines en fonction, Anthony Banbury s'est rendu dans les 3 pays affectés par l'épidémie pour y évaluer la situation. Il a signalé des inquiétudes mais aussi des signes encourageants.

« A mesure que nous nous rendons à la campagne, nous constatons de plus en plus de cas de la maladie, plus les communautés affectées » a-t-il souligné, ajoutant « je suis profondément préoccupé que le nombre réel de personnes touchées par le virus, qui en meurent, ne soit plus élevés que les chiffres signalés. »

Toutefois le Représentant spécial pour la crise d'Ebola s'est dit encouragé par la résilience des communautés et comment elles prennent de plus en plus elles-mêmes des mesures pour se protéger.

« Elles comprennent de plus en plus les risques posés par les virus et prennent des mesures pour se protéger contre ces risques, au niveau de la famille et au niveau de la communauté», a expliqué Anthony Banbury.

 

La rencontre d'un grand groupe de survivants de Kenema, en Sierra Leone, a été « source d'inspiration » et le « point culminant » pour le chef de la Mission de l'ONU pour l’action d’urgence contre Ebola depuis sa prise de fonction il y a 6 semaines.

(Extrait sonore : Anthony Banbury, chef de la Mission de l'ONU pour l’action d’urgence contre Ébola (MINUAUCE); propos recueillis par Elizabeth Philip)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...