Libye : 400 000 personnes déplacées depuis le début de l'année, selon le HCR

Écouter /

Un groupe de personnes déplacées originaires de la ville de Tawergha. Photo UNHCR / L. Dobbs

En Libye, les affrontements violents qui secouent le pays depuis le mois de mai 2014 ont provoqué le déplacement de plusieurs centaines de milliers de personnes, dans l’ouest, l’est et le sud-est du pays.

Le dernier rapport publié par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) fait état de 100 000 personnes nouvellement déplacées pour le seul mois d'octobre.

Les organisations humanitaires font face à des difficultés d'accès pour leur porter assistance en raison de l'insécurité. Dans un entretien à la Radio des Nations Unies, Amy Buchanan, chargée de protection pour le Bureau du  Haut Commissariat de l’ONU aux réfugiés en Libye, explique que la situation est particulièrement difficile car certains aéroports internationaux sont fermés, et les compagnies aériennes internationales sont réticentes à desservir les autres aéroports qui ont repris leur activité. Pour le moment, l'aide est principalement acheminée par des convois transfrontaliers.

La chargée de protection du HCR est également revenue sur la situation des déplacés originaires de la ville de Tawergha, une localité qui avait été entièrement évacuée pendant la révolution de 2011. En  raison des conflits des dernières semaines, ces personnes ont dû à nouveau être évacuées de la ville de Benghazi où elles avaient trouvé refuge.

Au total, selon le HCR, ce sont 393 400 personnes qui sont déplacées à l’intérieur de la Libye depuis le mois de mai. Elles sont dispersées à travers 35 villes dans le pays et ont un besoin urgent d’abris, de soins de santé, de nourriture, d’eau et d’autres produits de base.

Amy Buchanan a enfin précisé que le HCR recommande aux gouvernements européens de ne pas renvoyer vers la Libye les demandeurs d'asile en provenance de Libye, qu'ils s'agisse de ressortissants libyens ou d'autres pays, et exhorté tous les États à suspendre les retours forcés vers la Libye jusqu’à ce que la situation en matière de sécurité et de droits de l’homme s'améliore. Le HCR a indiqué que 85% des 156 000 demandeurs d'asile  arrivés en Italie depuis le début de l'année étaient partis de Libye.

(Extrait sonore : Amy Buchanan, chargée de protection au Bureau du  Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés en Libye; propos recueillis par Priscilla Lecomte)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...