HCR : un projet innovant de soutien à l'éducation dans le camp de réfugiés de Kakuma

Écouter /

 

photo: HCR

Le Représentant du Haut-Commissariat aux Réfugiés, le HCR, au Kenya, Raouf Mazou , était au Qatar aujourd'hui pour le lancement d'un projet de soutien à l'éducation destinés à plus de 70 000 réfugiés du camp de Kakuma et initié par l'ONG Education Above All.

A l'origine du projet, la visite de la première dame du Qatar, Sheikha Moza , dans le camp de Kakuma, a été le point de départ de l'initiative qui a fédéré la participation de plusieurs entreprises qataries et internationales.

Raouf Mazou, au cours d'un entretien avec la radio des Nations-Unies est revenu sur le caractère innovant de ce projet : «  d'abord c'est un projet pluriannuel, qui va commencer en 2015 et terminer quatre ans plus tard. Deuxième chose, c'est un projet soutenu par les entreprises, alors que le HCR est généralement financé par des états. Enfin,  c'est un projet qui ne se focalise pas que sur l'éducation mais aussi sur des aspects qui constituent d'habitude des obstacles à l'éducation »

Outre la construction d'écoles et la formation des enseignants, l'approche intégrée du projet  vise ainsi à améliorer la situation des réfugiés en matière d'accès aux soins de santé, de nutrition, d'éclairage ou de nouvelles technologies, en lien avec l'éducation.

Ce lancement intervient au lendemain de violences qui ont fait huit morts parmi les jeunes vivant dans le camp de Kakuma et qui ont été dénoncées par le HCR. Pour Raouf Mazou, qui s'était rendu sur place en début de semaine, le soutien à l'éducation peut permettre de redonner l'espoir à des jeunes réfugiés qui pour certains ont passé toute leur vie dans les camps. « La violence qui a eu lieu est essentiellement liée à des frustrations qui sont normales quand quelqu'un reste dans un camp pendant aussi longtemps », a-t-il déclaré, espérant que le projet lance ce mercredi permettra d'ouvrir de nouvelles perspectives à ces jeunes réfugiés et les préparent à leur retour dans leur pays d'origine ou leur insertion dans leur pays d'asile.

Le Représentant du HCR a rappelé que le HCR travaillait avec les autorités kenyanes pour permettre une meilleure insertion des réfugiés dans la communauté tout en soutenant les communautés voisines pour que le poids de la présence des refugies soit moins lourd.

(Extrait sonore : Raouf Mazou, Representant special du HCR au Kenya)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...