GIEC : seule une action collective peut permettre de relever le défi du changement climatique

Écouter /

La barrière de glace, en Norvège. Photo ONU / Mark Garten

Lors de la présentation, dimanche, à Copenhague, de la synthèse du 5ème rapport du Groupe de d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat, le GIEC, le Secrétaire général des Nations Unies a rappelé l'urgence à intervenir pour limiter l'impact du changement climatique et atteindre l'objectif de limiter à 2 degrés Celsius le réchauffement climatique d'ici à 2050.

Youba Sakona est Vice-Président du groupe de travail III du GIEC. Dans un entretien pour la Radio des Nations Unies, il est revenu sur les conclusions de la synthèse du GIEC. « Nous disposons d'un certain nombre de possibilités  pour faire face au défi du changement climatique, mais plus nous attendons, plus il deviendra difficile de faire face et de contenir les impacts du changement climatique ».

Le groupe de travail III s'est penché sur la mitigation du changement climatique, c'est-à-dire les actions humaines qui permettent de réduire l'impact du changement climatique, soit en réduisant les sources émettrices de gaz à effet de serre, soit en développant des « puits de carbone ».

La principale conclusion de leur rapport est que seule une action collective et internationale permettra de  faire face aux impacts du changement climatique, car, explique Youba Sakona, le climat est un bien collectif.

« On peut faire des changements à tous les niveaux » a ajouté l'expert sur le climat. Au niveau individuel, il évoque les économies d'énergie, l'utilisation des transports collectifs ou la réduction de la consommation d'énergie.

Au niveau collectif, Youba Sakona appelle à « une décarbonisation de nos économies ». Selon lui, il faut, d'une part développer massivement les énergies renouvelables et rechercher l'efficacité énergétique, et d'autre part, travailler au captage du carbone, à travers les projets de forestation et de reforestation.

Le rapport synthétique du GIEC, s'appuyant sur les contributions de plus de 800 chercheurs et universitaires, a estimé qu'il faudrait réduire de 40 a 70% les émissions de gaz à effets de serre d'ici à 2050 pour s'assurer que les températures n'augmentent pas de plus de 2 degrés Celsius.

(Interview : Youba Sakona, Vice-Président du Groupe de Travail III du GIEC)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...