Fin de la 2ème Conférence internationale sur la nutrition : nouvel élan mondial pour mieux nourrir le monde

Écouter /

Photo UNICEF.

La deuxième conférence internationale sur la nutrition (CIN2) a clos ses travaux ce vendredi 21 novembre à Rome. La CIN2 a rassemblé au siège de la FAO, à Rome, les délégués de plus de 170 gouvernements, dont une centaine de Ministres et de vice-Ministres, qui se sont engagés à mettre en place des politiques nationales visant à l’éradication de la malnutrition sous toutes ses formes et à transformer les systèmes alimentaires de manière à garantir des régimes alimentaires nutritifs pour tous.

Parmi les participants, Jean Chrysostome Vahamwiti Mukesyayira, Ministre de l’agriculture et du développement rural de la République démocratique du Congo, a donné ses impressions sur cette conférence. Il a déclaré, entre autres, que « Pour adresser les problèmes il faut certes parler, discuter et partager. C'est ce qui se fait pendant ces trois jours. Il faut toutefois avouer que, comme l'ont montré les résultats des objectifs du millénaire pour le développement en l'an 2015, souvent on a beaucoup de discours et on n'a pas les moyens de ces discours là. Il est donc évident, et c'est mon impression personnelle, que les gouvernements doivent davantage mettre des moyens à leurs politiques. C'est plus la mobilisation des États en définissant de bonnes politiques agricoles, alimentaires et nutritionnelles, en y affectant suffisamment des moyens que nous allons vaincre la faim et surtout pour un pays comme le mien, qui a le deuxième potentiel agricole non exploité du monde, nous n'avons pas peur de la faim devant nous ».

La Conférence a permis l’adoption de la Déclaration de Rome sur la nutrition et de son Cadre d’action qui propose une série d’options politiques et de stratégies pour combattre la malnutrition et des recommandations pour placer les objectifs d’une alimentation saine et d’un environnement durable au centre de la production et de la distribution alimentaires et ce, du producteur au consommateur. Ces deux documents sont l’aboutissement d’un an de délibérations incluant la société civile et le secteur privé.

Pour aider les gouvernements à transformer leurs engagements en réalisations concrètes, la FAO a créé le Fonds d’affectation spéciale de la FAO pour l’action en faveur de la nutrition qui doit mobiliser des ressources pour financer des programmes et des projets garantissant des environnements propices à la nutrition. De tels projets doivent promouvoir des systèmes alimentaires durables et des échanges commerciaux favorables à la nutrition. Ils doivent également tendre à améliorer l’information sur la nutrition et la sécurité sanitaire des aliments tout en intégrant la nutrition dans le cadre d’amortisseurs sociaux plus solides.

(Interview : Vahamwiti Mukesyayira, Ministre de l’agriculture et du développement rural de la République démocratique du Congo; propos recueillis par Stéphanie Coutrix, Envoyée spéciale de la Radio des Nations Unies à Rome)

Classé sous Crise alimentaire, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...