Ebola risque d'être un frein au développement sur le long terme, selon le PNUD

Écouter /

Photo PNUD / Morgana Wingard

Une étude publiée par le Programme des Nations Unies pour le développement, le PNUD, montre que l’épidémie d’Ebola risque d’accroître la dépendance à l’aide internationale des pays affectés  et de provoquer un effondrement socio-économique.

Le Directeur du Bureau régional pour l’Afrique du PNUD, Abdoulaye Mar Dieye, craint que la crise se prolonge à long terme et ait un impact négatif sur les secteurs de la santé ou de l'éducation. En Guinée, au Liberia et en Sierra Leone, l'épidémie a contraint les gouvernements à augmenter leurs dépenses pour faire face à la crise alors que dans le même temps les recettes ont diminué à cause du ralentissement de l'activité économique. Résultat, les déficits budgétaires se sont accrus et les gouvernements ont dû revoir à la baisse des investissements structurels essentiels.

Pour Abdoulaye Dieye, le risque est que la dette de ces pays augmente, alors que depuis dix ans, la croissance économique était de retour. Le taux de croissance du Liberia était même de 10% sur la dernière décennie.

L'étude du PNUD montre que la diminution du revenu des ménages est de l'ordre de 30% en Sierra Leone et au Libéria. Tous les secteurs d'activité sont touchés par le ralentissement, qu'il s'agisse des industries extractives, forestières, agricoles ou des services.

(Mise en perspective : Priscilla Lecomte)

Classé sous Épidémie d'Ebola, L'info, Santé.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...